Surveillance de la leptospirose à Mayotte. Point épidémiologique au 11 mai 2017.

Publié le 12 Mai 2017
Mis à jour le 15 juillet 2019

Situation épidémiologique

Au cours des 4 premiers mois de l'année 2017, le nombre de cas est similaire à celui observé en 2016 à la même période (130 vs 135 pour 2016). Les activités agricoles et/ou les activités aquatiques de loisir ou domestiques, sont retrouvées dans la majorité des cas avec la pratique de la marche en savates ou pieds nus. On a identifié une activité agricole chez 73 % des patients enquêtés, le plus souvent sans le port de gants ni bottes.

L'importante recrudescence saisonnière, notamment en avril, est consécutive pour partie à l'augmentation de la pluviométrie au mois de février mais aussi à l'accumulation de déchets dans l'environnement proche, rapportée par 40% des cas, et à la présence de poubelles ouvertes rapportée par 56% des cas, pratiques qui favorisent la prolifération des rats présents autour de 90% des cas.

La faible application des mesures de protection individuelle et d'hygiène dans les lieux de vie et de travail constitue le principal facteur qui favorise la contamination par les leptospires, bactéries responsables de la maladie.