Surveillance des appels aux Centres 15 et de l'activité des urgences hospitalières à la Réunion et à Mayotte. Point au 1er juin 2012.

Publié le 1 Juin 2012
Mis à jour le 13 mai 2019

Actualités - Histoire de la surveillance syndromique - 1re partie

Le concept de surveillance syndromique serait né en 1993, suite à une épidémie de cryptosporidiose dans la ville Milwaukee (Etat du Wisconsin, Etats-Unis) qui a touché 400 000 personnes et provoqué 40 décès. A l'issue de cette épidémie, plusieurs sources de données ont été étudiées rétrospectivement afin d'évaluer leur capacité à identifier précocement cet épisode. Les résultats ont montré une augmentation de gastroentérites dans les services d'urgences et dans les établissements pour personnes âgées, et une hausse de l'absentéisme scolaire plusieurs jours avant la confirmation biologique de cryptospridium dans l'eau. Une autre étude a révélé que les ventes d'antidiarrhéiques hors prescription avaient plus que triplé plusieurs jours avant que cette épidémie ne soit portée à connaissance des autorités de santé publique. C'est à partir de ces observations et d'un intérêt potentiel de ces données pour la détection rapide de phénomènes anormaux au sein de la population que la surveillance syndromique a été développée.

  • 28 mars 1993 : pic de la turbidité de l'eau
  • 5 avril 1993 : augmentation des gastroentérites dans les services d'urgences
  • 12 avril: confirmation biologique de cryptospridium

Les points clés :

  • Réunion : activité stable au cours des deux dernières semaines.
  • Mayotte : activité stable au cours des deux dernières semaines.

Année de publication : 01/06/2012