La lutte antivectorielle : démoustication et mobilisation sociale. Plan de lutte contre Aedes albopictus pendant l'épidémie de chikungunya à La Réunion en 2005-2007.

Publié le 21 Octobre 2008
Mis à jour le 10 septembre 2019

Les épidémies de dengue en 2004 et de chikungunya en 2005-2007 ont démontré le rôle vectoriel du moustique Aedes albopictus à La Réunion. L'omniprésence de ce vecteur dans l'île impose d'orienter la lutte antivectorielle (LAV) vers les zones urbaines, où cette espèce colonise essentiellement des gîtes larvaires anthropiques. Pendant l'épidémie de chikungunya 2005-2007, le plan de lutte contre Aedes albopictus reposait sur trois volets : la surveillance entomologique, la LAV et la mobilisation sociale. Il a notablement évolué en fonction du contexte épidémiologique. Cet article en décrit les grandes phases et leurs évolutions au décours de l'épidémie. (R.A.)

Auteur : Dehecq JS
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2008, n°. 38-39-40, p. 375-8