Étude des conséquences psychologiques des inondations à partir des bases de données de l'Assurance maladie, département du Gard. Septembre 2002

Publié le 1 Février 2008
Mis à jour le 5 juillet 2019

Du 8 au 10 septembre 2002, le Gard a subi des inondations importantes et de nombreuses personnes ont été sinistrées. Une évaluation des conséquences psychologiques de ces inondations a été menée en étudiant le remboursement de médicaments psychotropes (anxiolytique, hypnotique et antidépresseur) recueillis par l'Assurance maladie. La gravité des symptômes a été appréciée par le recours aux antidépresseurs et par les durées des traitements anxiolytiques. Une augmentation du nombre de délivrances de traitements par psychotropes, ciblée sur les nouveaux traitements, a été mise en évidence essentiellement dans les trois premières semaines suivant les inondations. En matière de prise en charge psychologique immédiate, les personnes au-delà de 50 ans ont semblé plus fragilisées, et particulièrement celles de 80 ans et plus. Le recours à un traitement antidépresseur après un traitement par anxiolytiques ou hypnotiques au décours des inondations concernait plus particulièrement les femmes en période de vie active et les hommes de 60 à 69 ans. L'étude montre que les données de l'Assurance maladie peuvent être utilisées pour étudier l'impact d'une catastrophe naturelle. Cependant, un travail conséquent sur les méthodologies est encore nécessaire pour de futures études (R.A.)

Auteur : Six C
Année de publication : 2008
Pages : 23 p.