Evaluation quantitative des risques sanitaires liés aux épandages de phytosanitaires utilisés dans la lutte contre la pyrale du maïs. Etude de faisabilité. Vallée de l'Adour. Départements du Gers et des Hautes-Pyrénées

Publié le 1 Février 2006
Mis à jour le 10 septembre 2019

Au cours du mois d'octobre 2002, la Cire Midi-Pyrénées a été saisie par deux Ddass suite aux inquiétudes de la population concernant les épandages de produits phytosanitaires par voie aérienne sur des cultures de maïs doux. Ces inquiétudes étaient liées au fait que des personnes résidant à proximité de parcelles agricoles concernées par ces épandages se plaignaient de troubles divers et peu spécifiques, notamment respiratoires. L'objectif de cette étude est de réaliser une évaluation quantitative des risques sanitaires et d'en discuter la pertinence au regard des connaissances disponibles. L'objectif secondaire de cette étude est de décrire la variabilité des expositions en fonction du type de traitement, par tracteur, enjambeur ou hélicoptère ainsi qu'en fonction des périodes de traitement. Les résultats de la campagne métrologique suggèrent que les concentrations induites par les épandages par tracteurs seraient plus élevées que celles liées aux enjambeurs. En ce qui concerne la démarche d'évaluation des risques sanitaires, les résultats ne suggèrent pas de risque sanitaire lié à l'exposition aux substances actives quel que soit le type de traitement utilisé. Cependant des réserves doivent être faites quant aux valeurs toxicologiques de référence disponibles, qui ne concernent pas la voie respiratoire et ne sont donc pas adaptées à l'exposition par voie aérienne. De plus l'évaluation des risques sanitaires à l'égard des solvants utilisés n'a pu être menée à son terme par manque de données toxicologiques et de mesures suffisamment précises. Les recommandations suivantes peuvent être proposées : - une meilleure information des populations riveraines sur les traitements phytosanitaires réalisés à proximité de leur résidence; - l'utilisation des techniques adéquates permettant de minimiser la dérive des particules ou leur remise en suspension; - sur un plan scientifique, le développement de VTR adaptées pour la voie respiratoire.

Auteur : Pouey J, Riviere S
Année de publication : 2006
Pages : 51 p.