Surveillance sanitaire en région Midi-Pyrénées. Point épidémiologique au 8 octobre 2015.

Publié le 9 Octobre 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Intoxication liés à la consommation de champignonsL'InVS a répertorié 721 cas d'intoxication liés à la consommation de champignons entre le 29 juin et le 4 octobre 2015. Un pic a été observé en semaine 36 après 5 semaines consécutives d'augmentation du nombre de cas d'intoxication par des champignons. Après une baisse du nombre de cas en semaine 37 (79 cas), une nouvelle augmentation du nombre de cas d'intoxication par des champignons a été enregistrée par le réseau des CAPTV pour les semaines 38 et 39 (respectivement 100 et 120 cas). Cette augmentation est probablement en lien avec les fortes précipitions au cours de ces deux semaines, qui ont favorisé la pousse des champignons et donc leur cueillette. A partir de la semaine 40, une nouvelle diminution du nombre de cas d'intoxication est constatée (108 cas). En termes de répartition géographie, ces cas ont été observés principalement en Aquitaine (11,7 %), Midi-Pyrénées (11,4 %), Pays-de-la Loire (8,7 %) et Ile-de-France (8,6 %).Le réseau OSCOUR® a enregistré 358 passages aux urgences pour intoxication par des champignons pendant la même période, avec des variations temporelles similaires à celle observées pour les intoxications enregistrées par les CAPTV.En Midi-Pyrénées, 82 cas ont été répertoriés depuis le début de la surveillance par les Centres anti-poison et toxicovigilance et 61 passages dans les services d'urgences de Midi-Pyrénées pour intoxication par ingestion de champignons ont été enregistrés via le réseau OSCOUR.Les conséquences sur la santé de ce type d'intoxications peuvent être graves (troubles digestifs sévères, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe), voire mortelles. Elles peuvent conduire à une hospitalisation pouvant aller jusqu'à la réanimation.Ces intoxications résultent, dans la majorité des cas, d'une confusion avec des champignons comestibles, d'où l'importance de rester vigilant, que l'on soit connaisseur ou que l'on pratique la cueillette ponctuellement. En cas d'apparition d'un ou plusieurs symptômes notamment diarrhée, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) à la suite d'une consommation de champignons de cueillette : appelez immédiatement le " 15 " ou le centre antipoison de Toulouse (05 61 77 74 47) en mentionnant cette consommation.

Année de publication : 09/10/2015