Surveillance sanitaire en Languedoc-Roussillon. Point épidémiologique au 28 août 2015.

Publié le 31 Août 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Points clés

132 signalements de cas suspects de chikungunya et/ou dengue ont été reçus depuis le 1er mai 2015. Huit cas importés de dengue et un cas importé de chikungunya ont été confirmés (tous acquis au cours d'un voyage en zone d'endémie).Suite à la confirmation de deux cas autochtones de dengue le 19/08/2015 chez deux personnes résidant au sein du même logement à Nîmes, une recherche active de cas suspects a été organisée. Au 28/08/2015, quatre cas suspects ont été identifiés et sont en attente de confirmation.La piste d'un cas index est actuellement en cours d'exploration : un lien épidémiologique a été retrouvé entre un cas importé de dengue confirmé et les deux cas autochtones.Dans ce contexte, il a été rappelé aux médecins généralistes et aux laboratoires du département du Gard d'être vigilants et évoquer la possibilité d'une infection par le virus de la dengue face à toute fièvre d'apparition brutale (>38,5°C) associée à au moins un signe algique (céphalées, arthralgies, lombalgies, myalgies, douleurs rétro-orbitaires) et sans autre point d'appel infectieux.Nous vous rappelons l'importance de signaler à l'ARS Languedoc-Roussillon

  • tout cas suspect de dengue importé ET autochtone pour les personnes résidant dans le Gard ou fréquentant régulièrement le Gard,
  • et tout cas suspect importé seulement pour les autres départements.

Chaque signalement fait l'objet d'investigations visant à guider les mesures de contrôle (lutte anti-vectorielle).En outre, une recherche de dengue ET de chikungunya doit être demandée systématiquement face à toute suspicion de dengue et/ou chikungunya.

Activité hospitalière et médicale en région : pas de tendances particulières observées.

Année de publication : 31/08/2015