Surveillance sanitaire en région Midi-Pyrénées. Point épidémiologique au 7 février 2014.

Publié le 7 Février 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

Intégration de nouveaux services d'urgence dans le réseau Oscour® en Midi-Pyrénées

Le réseau Oscour® Midi-Pyrénées (Organisation de la surveillance coordonnée des urgences) compte désormais 33 services d'urgence grâce à l'inclusion en semaine 5 de 11 services avec une reprise de l'historique des données depuis début 2014. Il s'agit de la plus importante montée en charge du réseau en Midi-Pyrénées depuis sa création en 2004 (en terme de nombre d'établissements). L'intégration de ces établissements a été rendue possible grâce au travail réalisé par l'Observatoire Régional des Urgences de Midi-Pyrénées (Orumip) en partenariat avec l'Institut de Veille Sanitaire (InVS). Parmi les nouveaux participants, sont compris les centres hospitaliers (CH) de Rodez, de Saint-Affrique, de Villefranche-de-Rouergue dans l'Aveyron, des cliniques Ambroise Paré (Toulouse), Saint-Jean-Languedoc (Toulouse) et des Cèdres (Cornebarrieu) dans la Haute-Garonne, du CH de Condom dans le Gers, des CH de Figeac et de Saint-Céré dans le Lot, de la clinique de l'Ormeau (Tarbes) dans les Hautes-Pyrénées et de la clinique du Pont-de-Chaume (Montauban) dans le Tarn-et-Garonne. L'inclusion de ces nouveaux établissements permet d'améliorer la couverture géographique du réseau et d'augmenter la complétude des données disponibles à des fins de surveillance et d'alerte. Ainsi, concernant le suivi des indicateurs d'activité (nombre total de passages suivant les différentes classes d'âge surveillées), 96,9 % des données administratives de passages étaient disponibles via le réseau Oscour® en semaine 5 contre environ 76,5 % en semaine 4. Concernant la surveillance syndromique, 65,8 % des passages de la région disposaient d'un diagnostic codé en semaine 5 (25 services d'urgence transmettant des données médicales) contre 64,1 % en semaine 4 (20 services d'urgence). Bien que cette progression soit sensible en terme de complétude de passages exploitables, elle permet désormais la production d'indicateurs de veille (notamment en cette période de surveillance des épidémies hivernales) dans le département du Gers et d'affiner l'interprétation des données analysées pour les départements de l'Aveyron, de la Haute-Garonne, du Lot et des Hautes-Pyrénées.Les efforts doivent maintenant être portés, d'une part sur l'amélioration des pratiques de codage des données médicales de passage et d'autre part sur l'inclusion des 4 établissements restant hors-réseau en Midi-Pyrénées (CH de Lavalanet en Ariège, CH de Decazeville en Aveyron et les cliniques de l'Union et d'Occitanie en Haute-Garonne).