Surveillance sanitaire en Languedoc-Roussillon. Point épidémiologique au 10 juillet 2014.

Publié le 11 Juillet 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

Points clés

  • Maladies vectorielles : depuis le début de la surveillance renforcée du chikungunya et de la dengue, 62 signalements de cas cliniquement évocateurs de l'une ou l'autre de ces maladies ont été reçus. Parmi eux, 30 ont été confirmés pour le chikungunya et 6 pour la dengue. Tous ces cas avaient contracté leur maladie lors d'un voyage en zone d'endémie : on parle de cas importés. A ce jour, aucun cas autochtone n'a été signalé au sein de notre région. L'intervention rapide des services de lutte anti-vectorielle autour des cas importés permet d'éviter la transmission du virus à des moustiques, qui pourraient alors infecter d'autres personnes n'ayant pas voyagé.
  • Activité hospitalière et médicale en région : la part de patient ne résidant pas habituellement en région Languedoc-Roussillon et passant dans les structures d'urgences de la région augmente comme chaque année à cette période ; pas de tendance particulière pour les regroupements de diagnostics suivis à cette période de l'année.