Surveillance sanitaire en région Midi-Pyrénées. Point épidémiologique au 29 mars 2013.

Publié le 2 Avril 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

Les chenilles processionnaires un diagnostic différentiel de gale

Cette semaine, un signalement a été fait à l'Agence Régioanle de Santé de Midi-Pyrénées suite à la survenue au petit matin de manifestations cutanées (petits boutons, plaques rouges autour des poignets, thorax, dos, cou et visage, et sillons interdigitaux) chez 25 enfants arrivés la veille au soir pour un séjour de colonie de vacances. L'apparition soudaine et concomitante chez plusieurs individus, et notamment chez des enfants, avait orienté dans un premier temps vers un diagnostic de gale. Néanmoins, l'épidémiologie de cet évènement (apparition dans le temps et l'espace des cas) aurait dû plutôt orienter l'origine de ces affections différemment. Après s'est assuré de l'absence d'autres cas chez des enfants ne participant pas à ce séjour dans l'école primaire d'origine, l'hypothèse d'une intoxication alimentaire de type histaminique (symptômes devant apparaitre dans l'heure suivant la prise de repas le plus souvent) a été écartée. Compte tenu de la symptomatologie, une des hypothèses fortes également évoquée était la survenue de réactions allergiques suite à l'exposition à des chenilles processionnaires- Après enquête, cette hypothèse a été finalement retenue, l'existence d'une exposition commune pour tous ces enfants ayant été retrouvée. Les instituteurs en charge du groupe d'enfants ont confirmé un arrêt sur une aire d'autoroute où des nids de chenilles processionnaires ont été observés ; cette exposition a pu se faire soit par contact direct à des chenilles processionnaires, leurs nids ou à même le sol sous les arbres dans lesquels des nids étaient visibles. Pour rappel, le seul contact avec les aiguilles est suffisant pour provoquer ce type de réaction allergique. Les aiguilles des chenilles sont présentes dans les nids, ou se dispersent à la mort des chenilles dans l'environnement proche. Celles-ci sont en forme de harpons et s'accrochent facilement sur la peau, les muqueuses et parfois dans les voies respiratoires.Pour cet évènement, une infirmation parasitologique de cas de gale a été obtenue rapidement.