Surveillance sanitaire en Languedoc-Roussillon. Point épidémiologique au 2 mai 2013.

Publié le 7 Mai 2013
Mis à jour le 30 juillet 2019

Actualités

Maladies vectorielles A partir du 1er mai, un dispositif de signalement accéléré des cas suspects importés de chikungunya et de dengue est mis en place dans les départements dans lesquels le moustique Aedes albopictus est implanté. Cette année, les départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault et des Pyrénées Orientales sont concernés. Attention, la procédure de signalement accéléré a été simplifiée par rapport aux saisons précédentes et n'intègre plus le signalement des cas suspects autochtones (personnes n'ayant pas voyagé en zone endémique). Les cas autochtones confirmés relèvent désormais uniquement de la déclaration obligatoire et du suivi quotidien par l'InVS des résultats d'analyses transmis par son réseau de laboratoires.Vous retrouverez dans la fiche thématique dédiée les définitions de cas ainsi que les liens utiles vers la fiche de signalement.

Gastro-entéritesLes taux d'incidence estimés par le réseau Sentinelles sont repassés en dessous du seuil épidémique, au niveau national comme au niveau régional.

Asthme et allergiesEn Languedoc-Roussillon, le recours aux urgences pour asthme reste modéré, de même que les diagnostics portés par SOS Médecins.