Prévalence des déficiences sévères chez l'enfant en France et évolution au cours du temps. Numéro thématique. Handicaps de l'enfant

Publié le 4 Mai 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Les déficiences motrices, sensorielles et intellectuelles font l'objet d'un enregistrement systématique par les deux registres français de handicap de l'enfant afin de surveiller l'évolution de leur prévalence au cours du temps. Les prévalences au cours de la huitième année de vie de ces déficiences sévères pour les enfants nés entre 1987 et 1998 étaient de 6,6 pour 1 000 enfants résidant en Isère et de 6,2 pour 1 000 en Haute-Garonne. Les déficiences intellectuelles sévères étaient les plus représentées, avec des prévalences de 3,1 et 3,2 pour 1 000, respectivement en Isère et en Haute-Garonne. La prévalence des déficiences motrices était de 3 pour 1 000, et celle des déficiences sensorielles sévères de 1,4 pour 1 000 dans ces deux départements. Aucune évolution significative des prévalences n'était mise en évidence sur la période considérée, à l'exception des déficiences intellectuelles sévères en augmentation en Isère. Cette évolution doit néanmoins être confirmée par la poursuite de l'analyse de l'enregistrement sur des années plus récentes. Une proportion importante d'enfants atteints de paralysies cérébrales souffrait également de déficiences intellectuelles sévères ou d'épilepsie, proportion en diminution en Haute-Garonne. Ces résultats montrent une stabilité de la fréquence des principales déficiences chez l'enfant. L'importance des déficiences intellectuelles isolées ou associées à d'autres déficiences doit inciter à renforcer les mesures de prise en charge de ces enfants. (R.A.)

Auteur : Delobel Ayoub M, van Bakel M, Klapouszczak D, Ehlinger V, Tronc C, Arnaud C, Cans C
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 16-17, p. 180-4