Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 9 mars 2017.

Publié le 9 Mars 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une

Bilan préliminaire de l'épidémie de grippe

En France métropolitaine, l'épidémie a démarré en Bretagne et en Ile-de-France en semaine 49/2016 (du 5 au 11/12/2016), pour s'étendre à toutes les régions en deux semaines, et se terminer en semaine 07/2017 (du 13 au 19/02/2017).Comme en 2014-2015, la saison grippale 2016-2017 a été caractérisée par une épidémie à dominante H3N2 ayant eu un retentissement important chez les personnes âgées.L'épidémie avait été plus importante en 2014-2015 avec près de 2,9 millions de consultations, contre 1,9 millions en 2016-2017, et l'impact sur le système de santé avait été alors marqué par une activation des dispositifs " hôpital en tension " dans les établissements de santé et une augmentation des épidémies dans les établissements pour personnes âgées.Alors que l'épidémie a été plus importante en 2014-2015 en terme de morbidité, l'excès de mortalité est estimé cet hiver à 21 200 décès toutes causes (dont environ 14 400 décès attribuables à la grippe, d'après une modélisation statistique récente), comparable aux 18 300 décès toutes causes pendant l'épidémie 2014-2015.En Bourgogne Franche-Comté, l'épidémie a eu la même dynamique avec une semaine de retard. Le pic épidémique a été concomitant, en semaine 03.Le nombre trop faible de médecins du réseau Sentinelles® ne permet d'estimer l'impact qu'avec une fourchette large, entre 64 000 et 84 000 " grippes cliniques " vues en consultations pendant ces 10 semaines d'épidémie.L'activité a été modérée en médecine ambulatoire et importante à l'hôpital. A titre de comparaison, pendant l'épidémie de cet hiver (du 12 décembre 2016 au 19 février 2017), le pourcentage de 65 ans et plus est de 24 % pour les urgences (vs respectivement 8 % en 2015-2016, du 25 janvier au 17 avril 2016, et 13 % en 2014-2015, du 12 janvier au 15 mars 2015) et 7 % pour SOS Médecins (vs respectivement 3 %, 5 %). De même, le pourcentage d'hospitalisation est de 11 % pour les urgences (vs respectivement 6 %, 8 %) dont 78 % étaient âgés de 65 ans et plus (vs respectivement 35 %, 56 %).Soixante-dix-huit cas graves de grippe ont été admis en réanimation (75 liés au virus A, 1 co-infection et 2 cas non confirmés sans autre étiologie), dont onze décès à déplorer. La plupart (68 %) des patients était âgée de 65 ans et plus.L'âge médian de 75 ans est particulièrement élevé cette saison.Les virus grippaux isolés par le laboratoire de virologie du CHU de Dijon ont été quasi-exclusivement de type A.

Année de publication : 09/03/2017