Surveillance sanitaire en région Poitou-Charentes. Point épidémiologique au 26 juin 2015.

Publié le 26 Juin 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Surveillance du Chikungunya et de la dengueEn France métropolitaine, la surveillance du chikungunya et de la dengue s'inscrivent dans un même Plan d'anti dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole. Ce plan élaboré par le ministère chargé de la Santé prévoit de renforcer la surveillance entomologique et épidémiologique notamment dans la zone d'implantation d'Aedes albopictus pour prévenir et évaluer les risques de dissémination de ces deux virus (cf instruction du 16 avril 2015). Le Poitou-Charentes et le Limousin ne sont pas des zones géographiques d'implantation du moustique Aedes albopictus (" moustique tigre ").La surveillance épidémiologique du chikungunya et de la dengue en France métropolitaine a pour objectif de prévenir ou limiter l'instauration d'un cycle de transmission autochtone de ces virus. Elle repose sur plusieurs composantes dont la déclaration obligatoire (DO) des cas confirmés biologiquement.Doivent être immédiatement déclarés à l'ARS par tout moyen approprié (téléphone, fax) puis notifiés à l'aide de la fiche de DO :- tout cas de chikungunya (importé ou autochtone) défini par la mise en évidence d'une fièvre supérieure à 38,5 °C d'apparition brutale et de douleurs articulaires invalidantes et d'une confirmation biologique ,- tout cas de dengue (importé ou autochtone) défini par la mise en évidence d'une fièvre supérieure à 38,5 °C d'apparition brutale, et au moins un signe algique (céphalées, arthralgies, myalgies, lombalgies, douleur rétro-orbitaire) et d'une confirmation biologique.En 2014, 489 cas de chikungunya, dont 478 cas importés et 11 cas autochtones, et 201 cas de dengue dont 198 cas importés et 3 cas autochtones ont fait l'objet d'une DO en métropole.En 2015, depuis le début de la surveillance renforcée (1er mai), 168 cas suspects de dengue ou de chikungunya ont été signalés dont 22 cas importés confirmés de dengue et 7 cas importés confirmés de chikungunya, dans les 20 départements où l'implantation du vecteur a été confirmée.

Année de publication : 26/06/2015