Surveillance sanitaire en région Limousin. Point au 18 septembre 2015.

Publié le 18 Septembre 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Début de la saison de la chasse : attention au risque de tularémieAu 4 septembre 2015, l'InVS a déjà répertorié 71 cas de tularémie contre 57 en 2014 (45 cas déclarés en moyenne depuis 2003). Les cas de tularémie identifiés en 2014 et 2015 présentent des caractéristiques similaires à ceux des années précédentes, sans signe de gravité particulier. Les régions les plus touchées sont le grand Ouest (18 cas en Pays de la Loire, 9 cas respectivement en Bretagne, Centre et Poitou-Charentes) et la zone Picardie (20 cas)/Champagne-Ardenne (9 cas).La tularémie est une maladie qui se transmet soit par contact direct (inoculation ou inhalation) avec des animaux sauvages contaminés (le plus souvent des lièvres), soit par piqûre de tique, ou à partir d'un environnement contaminé par des déjections animales (urines de rongeurs), en particulier en zone rurale. La maladie se manifeste après 2 à 4 semaines d'incubation par de la fièvre, une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques, et parfois un ulcère cutané. Plus rarement, une conjonctivite ou une pneumonie peuvent survenir. En Europe, en raison de la circulation de souches bactériennes peu virulentes, la tularémie est une maladie de très bon pronostic avec un traitement antibiotique approprié.Face à l'augmentation du nombre de cas humains de tularémie observé en France depuis plusieurs mois, la Direction générale de la santé (DGS), l'Institut de veille sanitaire (InVS), l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) souhaitent informer les populations à risque, en particulier les chasseurs, et rappeler les principales mesures de prévention dans un communiqué de presse.

Année de publication : 18/09/2015