Point au 20 juin 2014.

Publié le 23 Juin 2014
Mis à jour le 4 juillet 2019

Foyer de Bilharziose en Corse

La bilharziose urinaire est due à Schistosomia haematobium. Elle est endémique en Afrique intertropicale, à Madagascar et au Moyen-Orient. Un foyer de transmission autochtone de bilharziose urinaire à Schistosoma haematobium a été mis en évidence en Corse du Sud, en avril 2014, à l'occasion du diagnostic de bilharziose urinaire chez une personne qui n'avait pas séjourné en zone d'endémie. La seule exposition retrouvée chez cette personne a été des baignades en eau douce dans la rivière Cavu, en Corse du Sud, près de Porto Vecchio en 2013. L'enquête réalisée à la suite de ce diagnostic a identifié 12 cas d'infections Schistosoma haematobium en France, au sein de 4 familles, en lien avec des baignades dans la rivière du Cavu en 2011 et 2013. La présence de l'hôte intermédiaire nécessaire au cycle de transmission de Schistosoma haematobium, le bulin, est historiquement documentée en Corse et sa présence a été confirmée dans la rivière Cavu en avril 2014.Le HCSP a recommandé, dans son avis du 23/05/2014, un dépistage des personnes exposés aux eaux de baignade du Cavu depuis 2011 pour proposer un traitement de l'infection, prendre en charge d'éventuelles complications de ces infections et prévenir le réensemencement du Cavu par des schistosomes. Le HCSP recommande de plus de s'abstenir de tout contact cutané avec l'eau douce dans les zones à risque et en particulier dans la rivière Cavu.