Surveillance sanitaire en région Limousin. Point au 21 décembre 2012

Publié le 21 December 2012
Mis à jour le 30 juillet 2019

A la Une

Epitox La loi HPST du 21 juillet 2009 confie à l'Institut de veille sanitaire (InVS), qui anime et coor-donne le réseau depuis 2004, l'organisation de la toxicovigilance. Le réseau de toxicovigilance s'appuie à l'heure actuelle sur l'activité de 10 centres anti-poison et de toxicovigilance (CAPTV) qui assurent notamment une réponse médicalisée à l'urgence toxicologique avec mise à disposition d'un numéro d'appel téléphonique 24h/24 et de trois Centres de toxico-vigilance (CTV) sans permanence téléphonique 24h/24. Initiale-ment orienté autour du risque iatrogène, le dispositif de vigilance français s'est progressive-ment développé jusqu'à couvrir les risques toxiques liés à des produits ou substances natu-relles et disponibles sur le marché ou présents dans l'environnement (produits stupéfiants, de tatouage, d'usage domestique et de la vie courante, certaines denrées alimentaires, pollutions…).