Investigation d'une épidémie non infectieuse dans une résidence à Barentin (Seine-Maritime). Mars 2010

Publié le 1 Juin 2011
Mis à jour le 10 septembre 2019

Le lundi 15 mars 2010, le gestionnaire d'une société immobilière de Barentin (Seine-Maritime) contactait les services sanitaires de la région pour obtenir des recommandations relatives à la prise en charge d'une épidémie de gale en milieu collectif. La résidence sociale concernée est constituée de trois bâtiments (alpha, béta, oméga) qui comptent 71 logements (environ 200 habitants). Ce signalement survient dans un contexte où la résidence a fait l'objet de travaux au cours des mois précédents. La Cellule interrégionale d'épidémiologie (Cire) de l'InVS et l'Agence régionale de santé (ARS) Haute-Normandie ont mené une investigation sur trois versants : clinique, épidémiologique et environnemental. Conclusions : 1. dans un contexte de stress lié à un défaut de communication dans la résidence, aux travaux et à la suspicion d'une maladie infectieuse, une épidémie de symptômes cutanés est survenue ; 2. les réponses au questionnaire ont concerné un total de 168 résidents, parmi lesquels 14 répondaient à la définition de cas. Les cas présentaient des symptômes généraux ou affectant majoritairement la peau (macules, papules et prurits) ; 3. la proportion de cas n'est pas plus élevée chez les enfants que chez les adultes ; 4. les investigations environnementales n'ont pas mis en évidence de sources de contamination ; 5. tous les foyers de la résidence composés de mères élevant seules leurs enfants ont été affectés ; 6. aucune association statistiquement significative n'a été observée entre l'existence de travaux et la survenue de symptômes ; 7. étant donnés les différents éléments de contexte, le diagnostic final s'est orienté vers un phénomène épidémique non-infectieux collectif. Il aurait été intéressant de pouvoir mettre en place, dès la réception du signalement, une investigation autour des aspects psychosociaux, afin de pouvoir mieux caractériser les éléments de contexte et mieux décrire la dissémination des symptômes. Cela aurait également permis de formuler des recommandations concernant une prise en charge collective des personnes en prenant en considération leur contexte social. (R.A.)

Auteur : Antics A, Mathieu A, Kermarec F, Vion B, Rouault C
Année de publication : 2011
Pages : 21 p.