Situation épidémiologique des infections invasives à méningocoques, Basse-Normandie, 2012

Publié le 20 Janvier 2014
Mis à jour le 30 juillet 2019

Les infections invasives à méningocoques (IIM) sont des maladies à déclaration obligatoire. Chaque signalement est suivi d'une investigation et de la mise en oeuvre de mesures de gestion (identification des contacts nécessitant la recommandation d'une antibio-prophylaxie ou d'une vaccination) par l'Agence régionale de santé (ARS). En 2012, le nombre de cas d'IIM déclarés dans la région était le plus faible observé depuis 1998. Cependant, en 2013, les données provisoires montrent une nouvelle augmentation du nombre de cas, avec notamment une recrudescence des IIM de sérogroupe C pour lesquelles il existe un vaccin recommandé chez les enfants âgés de 12 mois, avec rattrapage jusqu'à 24 ans. La couverture vaccinale en Basse-Normandie est actuellement très insuffisante et ne permet pas l'instauration d'une immunité de groupe. La surveillance épidémiologique est continue tant au niveau national qu'au niveau régional et ce, afin de détecter et prévenir les situations épidémiques pour cette maladie dont l'évolution peut être tant gravissime que fulgurante. Couplée à la surveillance des souches par le CNR, elle permet le cas échéant d'adapter les mesures générales de gestion notamment en cas d'installation de souche particulièrement invasive dans une zone géographique limitée. Fin 2013, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a fait paraître un avis relatif à l'utilisation du vaccin Bexsero®, vaccin contre les IIM B récemment autorisé au niveau européen. Le HCSP ne recommande pas la vaccination en population générale, mais uniquement dans le cadre de situations bien spécifiques, pour des populations ciblées. [...]