Les ventes de médicaments à visée respiratoire : un nouvel indicateur pour évaluer les effets à court terme sur la santé de la pollution atmosphérique

Publié le 26 Février 2002
Mis à jour le 11 septembre 2019

Les données françaises principalement utilisées jusqu'à présent pour mesurer les effets à court terme de la pollution atmosphérique sur la santé humaine sont des données de mortalité ou d'admissions hospitalières. Un autre indicateur sanitaire représenté par les ventes de médicaments a été récemment proposé et utilisé pour mesurer les effets de la pollution atmosphérique. Des séries temporelles de ventes de médicaments ont pu être constituées à partir d'un réseau de surveillance épidémiologique mis en place en 1993 à l'initiative des pharmaciens et de la ville du Havre. Ce réseau, composé d'une quarantaine de pharmaciens, a permis d'étudier les relations entre la pollution atmosphérique et les ventes de médicaments à visée respiratoire. Cette étude examine la possibilité de construire un indicateur sanitaire à partir de données fournies par l'Union régionale des caisses d'assurance maladie (URCAM), pouvant être utilisé pour évaluer les effets à court terme de la pollution atmosphérique sur la santé humaine. (adapté du texte)

Auteur : Pitard A, Courseaux A, Zeghnoun A, Fossard JL, Renoult D, Delmas V, Beaudeau P, Villet H
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2002, n°. 9, p. 37-9