Emotional and behavioral difficulties in children growing up homeless in Paris. Results of the ENFAMS survey

Publié le 1 Septembre 2016
Mis à jour le 10 septembre 2019

Purpose: children growing up in homeless families are disproportionately more likely to experience health and psychological problems. Our objective was to describe social, environmental, individual and family characteristics associated with emotional and behavioral difficulties among homeless children living in the Paris region. Methods: face-to-face interviews with a representative sample of homeless families were conducted by bilingual psychologists and interviewers between January and May 2013 (n = 343 children ages 4-13 years). Mothers reported children's emotional and behavioral difficulties (Strength and Difficulties Questionnaire [SDQ]), family socio-demographic characteristics, residential mobility, and parents" and children's physical and mental health. Children were interviewed regarding their perception of their living arrangements, friendships and school experiences. We studied children's SDQ total score in a linear regression framework. Results: homeless children had higher SDQ total scores than children in the general population of France, (mean total score = 11.3 vs 8.9, P < 0,001). In multivariate analyses, children's difficulties were associated with parents" region of birth (beta = 1.74 for Sub-Saharan Africa, beta = 0.60 for Eastern Europe, beta = 3.22 for other countries, P = 0.020), residential mobility (beta = 0.22, P = 0.012), children's health (beta = 3.49, P < 0.001) and overweight (beta = 2.14, P = 0.007), the child's sleeping habits (beta = 2.82, P = 0.002), the mother's suicide risk (beta = 4.13, P < 0.001), the child's dislike of the family's accommodation (beta = 3.59, P < 0.001) and the child's experience of bullying (beta = 3.21, P = 0.002). Conclusions: children growing up homeless experience high levels of psychological difficulties which can put them at risk for poor mental health and educational outcomes long-term. Access to appropriate screening and medical care for this vulnerable yet underserved group are greatly needed. Traduction du résumé : Les enfants qui vivent dans des familles sans abri sont plus susceptibles de rencontrer des problèmes de santé et psychologiques. Cette étude avait pour objectif était de décrire les caractéristiques sociales, environnementales, individuelles et familiales associées aux difficultés émotionnelles et comportementales chez les enfants sans-abri vivant en région parisienne. Des entretiens en face-à-face auprès d'un échantillon représentatif de familles sans abri ont été réalisés par des psychologues et des chercheurs bilingues entre janvier et mai 2013 (n= 343 enfants âgés de 4 à 13 ans). Les mères ont signalé les difficultés émotionnelles et comportementales des enfants (questionnaire Points forts Points faibles [Strengths and Difficulies Questionnaire - SDQ]), les caractéristiques sociodémographiques de la famille, la mobilité résidentielle et la santé physique et mentale des parents et des enfants. Les enfants ont été interrogés sur leur perception de leurs conditions de vie, de leurs amitiés et de leurs expériences scolaires. Nous avons étudié le score total des SDQ des enfants dans un cadre de régression linéaire. Dans les questionnaires SDQ, les enfants sans abri ont obtenu des scores totaux plus élevés que les enfants vivant dans la population générale en France (score total moyen = 11,3 vs 8,9, P <0,001). Dans les analyses multivariées, les difficultés des enfants étaient associées à la région de naissance des parents (bêta = 1,74 pour l'Afrique subsaharienne, bêta = 0,60 pour l'Europe de l'Est, bêta = 3,22 pour les autres pays, P = 0,020), à la mobilité résidentielle (bêta = 0,22, P = 0,012), à la santé (bêta = 3,49, P < 0.001) et au surpoids (bêta = 2.14, P = 0,007) des enfants, aux habitudes de sommeil de l'enfant (bêta = 2,82, P = 0,002), au risque de suicide de la mère (bêta = 4,13) , P <0,001), à l'aversion de l'enfant pour les conditions de logement de la famille (bêta = 3,59, P <0,001) et à l'expérience de l'enfant de la violence (bêta = 3,21, P = 0,002). Les enfants sans-abri connaissent des niveaux élevés de difficultés psychologiques qui peuvent les exposer à des résultats médiocres en matière de santé mentale et d'éducation à long terme. L'accès à des services appropriés de dépistage et de soins médicaux appropriés pour ce groupe vulnérable et mal desservi est fortement recommandé. (Traduction effectuée par l'Unité de valorisation scientifique de la Direction de la communication et du dialogue avec la société, de Santé publique France)

Auteur : Roze M, Vandentorren S, Vuillermoz C, Chauvin P, Melchior M
European Psychiatry, 2016, vol. 38, p. 51-60