Couverture vaccinale contre l'hépatite B des enfants scolarisés à Paris en classe préparatoire entre 2002 et 2008

Publié le 1 Août 2015
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction : la polémique française autour de possibles risques liés à la vaccination contre l'hépatite B semble avoir entraîné un ralentissement, voire un retard à la vaccination des populations cibles depuis le milieu des années 1990. Nous présentons les résultats de l'analyse du statut vaccinal contre l'hépatite B des enfants scolarisés à Paris en classe préparatoire (CP) entre 2002 et 2008. Méthode : étude rétrospective et descriptive du statut vaccinal contre l'hépatite B des enfants nés entre 1997 et 2002 et scolarisés à Paris en CP entre 2002 et 2008, à partir des données du service de prévention de la ville de Paris. Résultats : l'analyse a porté sur les 108 114 enfants pour lesquels il existait des données sociodémographiques et la présence d'au moins une vaccination DTP (Diphtérie Tétanos Poliomyélite). Parmi eux, 66 597 (61,6 %) avaient démarré une vaccination contre l'hépatite B, 61 190 (56,6 %) étaient considérés comme " vaccinés " (au moins 3 doses) et 47 489 (43,9 %) comme " correctement vaccinés " (au moins 3 doses avec respect des intervalles). Les facteurs sociodémographiques influençant significativement la couverture vaccinale étaient : l'année et le pays de naissance et l'arrondissement parisien d'habitation. Conclusion : près de 40 % des enfants de cette cohorte n'avaient pas été vaccinés contre l'hépatite B à leur entrée en CP. Ils sont aujourd'hui devenus des adolescents âgés de 12 à 17 ans. Les données actuelles indiquent qu'un tiers d'entre eux seulement aurait bénéficié de la stratégie de rattrapage, confortant la nécessité d'une vigilance particulière à leur égard.

Auteur : Personne V, Benainous O, Levy Bruhl D, Gilberg S
Archives de Pédiatrie, 2015, vol. 22, p. 807-15