Étrangers placés en rétention administrative : constats médicaux, approche sanitaire et socio-économique. Bobigny (France), 2008-2009. Numéro thématique. Médecine légale et santé publique : quelques éléments d'illustration

Publié le 26 Octobre 2010
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - Les centres de rétention administrative (CRA) reçoivent les étrangers en situation irrégulière en attente d'une décision concernant leur maintien ou leur éloignement du territoire. Cette étude avait pour but d'évaluer la santé des personnes retenues. Méthodes - Recueil systématique prospectif sur une année (24/09/2008- 23/09/2009) de données sanitaires auprès des personnes retenues au centre de Bobigny (Seine-Saint-Denis), lors de leur examen médical. Entretien approfondi et questionnaire standardisé chez 100 personnes. Résultats - 1 733 personnes sur 2 072 (83%) ont été examinées (âge médian : 31 ans). Sur les 100 personnes soumises au questionnaire et à l'entretien, seules 37 (37%) percevaient leur état de santé physique et psychique comme bon. Parmi 1 675 personnes, 991 (59%) n'ont mentionné aucun antécédent, 485 patients (29%) avaient des antécédents médicaux et 288 (17%) des antécédents chirurgicaux. La prescription de traitements a concerné surtout des antalgiques (2 550 consultations sur 6 154, 41%), des hypnotiques (1 238, 20%) et des anxiolytiques (858, 14%). Cinq cas d'hypertension artérielle et 4 cas de diabète ont été découverts. Conclusion - La fréquence de symptômes multiples, l'anxiété et les troubles du sommeil peuvent témoigner du caractère anxiogène du placement en rétention et de l'inquiétude liée à une expulsion, ou d'un état préexistant lié à la précarité sociale. (R.A.)

Auteur : Boraud C, Dang C, Brouard A, Durigon M, Durieux J, Chariot P
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2010, n°. 40-41, p. 421-4