Surveillance sanitaire en Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Point épidémiologique du 19 février 2016.

Publié le 22 Février 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

Les points clés

Surveillance des bronchiolitesEn France métropolitaine comme en Nord–Pas-de-Calais-Picardie, la baisse de l'activité se poursuit, au niveau ambulatoire comme hospitalier. Le pic épidémique est franchi dans l'ensemble des régions.

Surveillance des syndromes grippauxEn France métropolitaine, toutes les régions ont été déclarées en phase épidémique.Dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, l'épidémie est déclarée pour la troisième semaine consécutive. Tous les indicateurs ambulatoires et hospitaliers poursuivaient leur augmentation.Les départements de l'Aisne, l'Oise et la Somme sont en épidémie pour la seconde semaine consécutive. Malgré une diminution de l'activité hospitalière pour syndrome grippal, l'activité ambulatoire demeure importante.

Surveillance des cas sévères de grippe hospitalisés en réanimationEn France métropolitaine, 136 cas sévères de grippe ont été signalés depuis le début de la surveillance. Ce nombre est près de 3 fois inférieur à celui observé au cours des deux dernières saisons à la même période de l'épidémie.En Nord-Pas-de-Calais, 3 nouveaux cas graves de grippe ont été signalés en semaine 06, portant à 10 le nombre total de cas signalés depuis le début de la surveillance.En Picardie, un nouveau cas grave a été signalé. Depuis le début de la surveillance, deux cas graves ont donc été signalés.

Surveillance des gastro-entérites aiguësEn France métropolitaine, les données du réseau Sentinelles indiquent que le taux d'incidence des diarrhées aigues est passé en dessous du seuil épidémique. Il faudra attendre une deuxième semaine consécutive en dessous du seuil pour confirmer la fin de l'épidémie de gastroentérite.Dans le Nord et le Pas-de-Calais, l'activité ambulatoire est en diminution, mais les données hospitalières et virologiques demeurent à des niveaux soutenus.Dans l'Aisne, l'Oise et la Somme, les indicateurs ambulatoires comme hospitaliers demeurent à des niveaux faibles pour la période.

Année de publication : 22/02/2016