Surveillance sanitaire des populations migrantes à Calais et Grande Synthe. Point épidémiologique du 8 avril 2016.

Publié le 19 Avril 2016
Mis à jour le 20 juin 2019

Les points clés

  • Le dispensaire MSF a quitté le camp de Calais le 1° mars 2016. L'antenne J. Ferry de la PASS assure désormais seule les soins de premiers recours sur le camp. L'exhaustivité des diagnostics transmis par la PASS de Calais (antenne J. Ferry, antenne du CH de Calais) et le SAU du CH de Calais étant faible, les données ne sont pas interprétables. Nous ne sommes plus en mesure de présenter des données sanitaires concernant les migrants résidant sur le camp de Calais dans ce point épidémiologique.
  • Les migrants résidant dans le campement de " Basroch " ont déménagé au cours des semaines 9 et 10 vers un nouveau camp aménagé à Grande-Synthe, le camp de " La Linère ". La Croix-Rouge (CR) assure également des consultations sur ce camp le week-end (1,5 jours), les données ont été ajoutées au Point Epidémio à partir de la semaine 11.
  • La part des consultations pour infections respiratoires aiguës basses poursuit sa baisse cette semaine sur le site de Grande-Synthe (3%(n=8)) et la part des syndromes grippaux augmente légèrement mais reste faible (3%, n=7). Dans le Nord-Pas-de-Calais, l'ensemble des indicateurs de l'activité pour syndromes grippaux au niveau hospitalier et ambulatoire (SOS médecins) poursuit sa baisse débutée en semaine 12, le pic a été franchi mais l'activité reste à un niveau élevé. Ceci doit inciter à la vigilance. Il est à noter qu'à l'occasion de la campagne de vaccination contre la rougeole, menée en février 2016 sur le camp de Grande-Synthe, 433 personnes ont aussi été vaccinées contre la grippe.
  • Après une augmentation observée en semaines 10, 11 et 12, la part des recours aux soins pour traumatologie, est en baisse en semaine 13 pour atteindre 6% (n=14) (fig. 6). Parmi les 8 cas pour lesquels les informations étaient disponibles, 4 (50%) étaient des traumatismes accidentels non liés aux passages, 3 (38%) des traumatismes accidentels liés aux passages, 1 (12%) correspondait à des violences lors d'affrontements sans lien avec les forces de l'ordre.
  • Dans le cadre du système national de surveillance des intoxications au monoxyde de carbone, l'ARS a été informée de la survenue, le 5 avril 2016, d'une affaire d'intoxication au monoxyde de carbone (CO) dans le camp de migrants "La Linière " de Grande-Synthe, liée à un feu à pétrole défectueux. Cinq personnes étaient impliquées.

Année de publication : 19/04/2016