Dépistage du saturnisme de l'enfant dans le département du Nord (France) : stratégies mises en oeuvre par l'Agence régionale de santé

Publié le 24 Septembre 2013
Mis à jour le 10 septembre 2019

Introduction : le système national de surveillance du saturnisme est basé sur le dépistage, par les médecins, d'enfants mineurs présentant un ou plusieurs facteurs de risque d'exposition au plomb. L'objectif de l'étude était d'étudier la stratégie spécifique de dépistage mise en place par l'Agence régionale de santé (ARS) Nord-Pas-de-Calais. Méthode : l'étude a inclus les mineurs dépistés entre janvier 2009 et janvier 2011 dans le département du Nord, soit dans le cadre des stratégies classiques de dépistage, soit dans le cadre des stratégies proactives de repérages d'adresses à risque de l'ARS (enfants repérés par les Constats de risque d'exposition au plomb (Crep) positifs et par les plaintes des occupants du logement ou les signalements de partenaires de l'ARS). Résultats : sur les 976 plombémies incluses, 341 étaient issues de la stratégie spécifique. La comparaison entre les stratégies classiques et spécifiques de dépistage, suite à l'identification d'un habitat à risque, et celle entre les stratégies de dépistage au sein du dispositif spécifique n'a pas montré de différence de proportion de plombémies dépassant les différents seuils testés (50, 70, 100 "g/L). Discussion : l'étude n'a pas mis en évidence une meilleure efficacité du repérage proactif d'adresses à risque par les Crep ou par les plaintes pour le repérage des cas de saturnisme. L'intérêt principal de ce repérage réside dans le nombre d'enfants ainsi dépistés et qui ne l'auraient probablement pas été par ailleurs. (R.A.)

Auteur : Barrau M, Laine M, Taisne I, Hecquet E, Druesne A, Pavec V, Chaud P, Heyman C
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2013, n°. 31, p. 386-91