Estimation de l'exhaustivité du système de surveillance des infections à méningocoque dans le Nord-Pas-de-Calais, 1997-1998

Publié le 8 Octobre 2002
Mis à jour le 11 septembre 2019

La déclaration obligatoire (DO) des infections invasives à méningocoques (IIM) répond à deux objectifs : l'instauration d'une prophylaxie dans l'entourage d'un cas et l'étude des caractéristiques de la maladie. Les deux principales limites à ce mode de surveillance sont la non-exhaustivité et le retard de déclaration. L'objectif des auteurs de l'article est de connaître l'exhaustivité des DO dans le Nord-Pas-de-Calais en 1997 et 1998, en estimant le nombre total d'IIM par la méthode capture-recapture basée sur les DO et données hospitalières. L'analyse capture-recapture évalue l'exhaustivité de la DO dans la région pour les deux années à 65% ce qui est comparable aux données moyennes nationales. Une différence d'exhaustivité entre la région et la France entière n'explique pas la grande différence d'incidence brute entre le Nord-Pas-de-Calais (1.02/100 0000 habitants par an en 1997-98 calculé sur les cas répondant aux critères de la circulaire de 1990) et la France (0.64/100 000 en 1998). Concrètement, cela signifie que dans 35% des cas (plus de 25 cas par an dans la région) nous ne sommes pas certains que la prophylaxie collective soit engagée alors qu'un certain nombre de ces cas sont en âge d'être en collectivité (50% avaient entre trois et dix-huit ans, la médiane était de sept ans alors qu'elle était de quatre ans pour les DO). Ceci pourrait s'améliorer avec les nouveaux critères de déclaration plus larges que ceux de la circulaire de 1990. (adapté du texte)

Auteur : Molinie F, Le Tourneau B, Ilef D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2002, n°. 41, p. 203-5