Situation épidémiologique du virus Zika aux Antilles Guyane. Point au 1er septembre 2016.

Publié le 2 Septembre 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

Analyse de la situation épidémiologique

En Martinique, la décroissance de l'épidémie semble marquer le pas. Le rebond observé pour cette semaine S2016-34 peut être dû à un plus grand recours à la consultation médicale en cette période de réouverture des cabinets médicaux et de rentrée scolaire. La circulation virale se poursuit sur l'ensemble de l'île. Le département est placé en phase 3a du Psage* " phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles " depuis le 20 janvier 2016.

En Guyane, le nombre hebdomadaire de cas cliniquement évocateurs de Zika était faible au cours du mois d'août, en particulier sur les secteurs de l'Ouest et de Kourou où l'épidémie est terminée. Sur le secteur de l'Ile de Cayenne, le réseau de médecins sentinelles étant incomplet au cours des deux dernières semaines, la tendance à la diminution reste à confirmer dans les semaines à venir. L'impact de l'épidémie sur l'activité hospitalière reste faible. La situation épidémiologique sur le Maroni, l'Oyapock et le secteur de l'Intérieur-Est correspond toujours à une transmission autochtone du virus Zika. Pour rappel, le Comité de gestion a acté le passage au niveau 3 du Psage* sur le secteur du littoral le 22 janvier 2016, le passage au niveau 2 du Psage* sur le secteur du Maroni le 4 mars et de l'Intérieur-Est le 1er avril. Par ailleurs, il a acté le 8 juillet dernier le retour au niveau 2 sur le secteur de l'Oyapock qui était au niveau 3 depuis le 1er avril.

En Guadeloupe, la décroissance de l'épidémie se poursuit avec un nombre de cas cliniquement évocateurs ayant consulté des médecins de ville en diminution constante depuis le mois de juillet 2016. On observe toutefois une circulation encore active du virus dans certaines communes de l'archipel en particulier à Marie-Galante. La Guadeloupe est placée en phase 3a du Psage* " phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles " depuis le 29 avril 2016. La Guadeloupe est placée en phase 3a du Psage* " phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles " depuis le 29 avril 2016.

A Saint-Martin, la décroissance de l'épidémie ne se poursuit pas au vu de l'augmentation du nombre de cas cliniquement évocateurs observée ces deux dernières semaines. Cette nouvelle tendance à la hausse sera à confirmer durant les prochaines semaines. L'île est toujours placée en phase 3a du Psage* " phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles " depuis le 7 juillet 2016.

A Saint-Barthélemy, le nombre de cas évocateurs est de nouveau en hausse la semaine dernière par rapport aux deux précédentes. Saint-Barthélemy est placée en phase 3 du Psage* : " phase épidémique appelant des mesures de gestion habituelles " depuis le 4 août 2016.

Année de publication : 02/09/2016