Etude de séroprévalence de la dengue chez les femmes enceintes en Guyane, 2006

Publié le 8 Septembre 2009
Mis à jour le 5 juillet 2019

Introduction - Entre décembre 2005 et juin 2006, une importante épidémie de dengue a sévi en Guyane. Une enquête de séroprévalence de la dengue a été menée, dont l'objectif était d'estimer la proportion de la population ayant été en contact avec le virus de manière récente ou ancienne. Méthodes - Une enquête transversale a été menée pendant quatre mois chez toutes les femmes enceintes accouchant dans le département et y vivant depuis au moins six mois. L'étude comportait un prélèvement sanguin à la recherche d'anticorps IgM et IgG anti-flavivirus ainsi qu'un questionnaire. Résultats - Sur 689 femmes incluses, la recherche d'IgM anti-flavivirus a montré que 1,9 % [IC95 % : 0,9 %-2,9 %] avaient développé une infection récente, vraisemblablement en rapport avec un virus de la dengue. La recherche d'IgG anti-flavivirus a montré que 92,0 % [IC95 % : 90,0 %-94,0 %]) avaient été au moins une fois au contact d'un flavivirus en milieu naturel. Discussion - Ces résultats sont difficiles à interpréter puisque la population est théoriquement vaccinée contre la fièvre jaune et que des réactivités sérologiques croisées existent. Étant donnée la faible circulation des autres flavivirus en milieu naturel, ces résultats suggèrent qu'environ 92,0 % de la population des femmes enceintes a été en contact avec un virus de la dengue en Guyane.(R.A.)

Auteur : Meynard JB, Dussart P, Cardoso T, Langevin S, Joly N, Ardillon V, Lamy M, Gaquiere D, Matheus S, Renner J, Flamand C, Ravachol F, Quenel P, Spiegel A, Quatresous I
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2009, n°. 33, p. 357-61