Surveillance sanitaire en région Grand Est. Point épidémiologique au 6 avril 2017.

Publié le 7 Avril 2017
Mis à jour le 15 juillet 2019

Points clés

Surveillance des gastro-entérites

  • L'activité hospitalière liée à la prise en charge des gastro-entérites diminue depuis la semaine 11. Elle est comparable à ce qui était observé l'an dernier à la même période.
  • D'après les données des laboratoires de virologie des CHU de la région, le rotavirus reste le principal virus entérique circulant actuellement.
  • L'activité des associations SOS Médecins diminue également, mais elle est supérieure à ce qui était observé l'année précédente à la même période.
  • L'activité liée aux diarrhées aiguës est forte pour la région Grand Est d'après le Réseau Sentinelles.

Surveillance de la bronchiolite

  • L'activité liée à bronchiolite dans les services d'urgence est faible et stable depuis plusieurs semaines, confirmant la fin de l'épidémie.
  • L'activité liée à la bronchiolite pour les associations SOS Médecins est en baisse et comparable à ce qui était observé les années précédentes à la même période.
  • L'épidémie de bronchiolite est terminée pour l'ensemble des régions depuis la semaine 10 (Source : Santé publique France).

Surveillance de la grippe

  • En semaine 13, l'activité grippale dans les services d'urgence et les associations SOS Médecins de la région est stable à un faible niveau.
  • La région Grand Est, tout comme l'ensemble des régions, n'est plus en épidémie.
  • D'après les données virologiques disponibles, la circulation des virus grippaux reste maintenant faible.

Surveillance des intoxications au monoxyde de carbone

  • Au cours des semaines 12 et 13, on dénombre 3 épisodes d'intoxication par le monoxyde de carbone ayant exposé 8 personnes.

Surveillance de la mortalité

  • D'après les données disponibles, la mortalité observée durant les dernières semaines correspond aux valeurs habituelles pour la saison.

Epidémie de rougeole en Moselle

  • Au 4 avril, 65 cas de rougeole ont été recensés par l'ARS Grand Est. Parmi ces cas, 57 sont confirmés (49 biologiquement, 8 épidémiologiquement) et 8 sont possibles (signes cliniques évocateurs).