Surveillance épidémiologique en région Lorraine. Point au 7 avril 2016.

Publié le 3 Mai 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

Faits marquants

  • L'épidémie grippale commence à décroitre en Lorraine. Le pic d'activité a été atteint en semaine 12 pour les services d'urgence du réseau OSCOUR® et en semaine 11 pour l'association SOS Médecins Meurthe-et-Moselle. Celui-ci a été plus élevé et plus tardif que lors de la saison 2014-2015. En semaine 13, les syndromes grippaux représentent encore 2 % de l'activité des services d'urgence et 10 % de celle de l'association SOS Médecins. Concernant les données virologiques, 30 % des prélèvements respiratoires analysés par le laboratoire de virologie du CHU de Nancy ont été positifs pour la grippe avec toujours une majorité de virus grippal de type B.
  • En métropole, le pic de l'épidémie de grippe a été franchi en semaine 11, soit 7 semaines après le début de l'épidémie. L'épidémie est majoritairement liée au virus de type B. Son ampleur et sa gravité sont modérés mais les enfants de moins de 15 ans ont été particulièrement touchés.
  • Selon le laboratoire de virologie du CHU de Nancy, les virus grippaux de type A ou B sont les virus respiratoires majoritairement identifiés depuis huit semaines.
  • En semaine 13, l'activité liée à la gastro-entérite augmente dans les services d'urgence de Lorraine et représente environ 2 % de leur activité totale (soit une part équivalente à celle de la grippe). La dynamique observée est similaire à celle observée l'année dernière où l'épidémie de gastro-entérite en Lorraine avait aussi pris de l'ampleur en fin d'hiver. La classe d'âge majoritairement concernée est les enfants de moins de 5 ans (classe d'âge habituellement majoritaire pour cette pathologie dans les services d'urgences de Lorraine). Concernant l'association SOS Médecins Meurthe-et-Moselle, l'activité liée à la gastroentérite augmente depuis la semaine 10 après une baisse importante. Cependant, elle reste inférieure aux valeurs habituellement observées à cette période et représente 6 % de l'activité totale en semaine 13.
  • D'après les données du laboratoire de virologie du CHU de Nancy, le rotavirus est le virus entérique le plus fréquemment identifié depuis plusieurs semaines.
  • Au cours de la semaine 13, aucun épisode d'intoxication par le CO n'a été signalé en Lorraine.

Année de publication : 03/05/2016