Surveillance épidémiologique en région Lorraine. Point au 14 janvier 2016.

Publié le 18 Janvier 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

Faits marquants

  • En semaine 1, on observe une augmentation de l'activité liée à la grippe et aux syndromes grippaux, par rapport à la semaine précédente, dans les services d'urgence, les associations SOS Médecins et le réseau Sentinelles. Cependant l'activité reste faible en région Lorraine, tout comme au niveau national et en Europe.
  • En Lorraine, on observe une poursuite de la diminution de l'activité liée à la bronchiolite dans les services d'urgence. En semaine 1, on observe 96 passages aux urgences, avec un taux d'hospitalisation de 35 %. Cette activité équivaut à 12 % du total des diagnostics chez les moins de 2 ans. On observe également une diminution des diagnostics de bronchiolite chez l'association SOS Médecins de Meurthe-et-Moselle. En semaine 1, cette pathologie représente 6 % de leur activité chez les moins de 2 ans.
  • D'après le laboratoire de virologie du CHU de Nancy, le virus respiratoire syncytial (VRS) est le virus respiratoire le plus souvent identifié en semaine 1.
  • En Lorraine, l'activité liée à la gastro-entérite dans les services d'urgence du réseau OSCOUR® est stable par rapport à la semaine précédente. Avec 135 passages aux urgences en semaine 1, cette activité a représenté 1 % du total des diagnostics dans les services d'urgence. Concernant l'association SOS médecins de Meurthe-et-Moselle, on observe une légère augmentation des diagnostics. En semaine 1, les médecins de l'association ont posé 89 diagnostics de gastro-entérite et de diarrhée, ce qui équivaut à 9 % du total des diagnostics.
  • En semaine 1, aucun prélèvement pour les virus entériques circulants n'était positif d'après les données du CHU de Nancy. Le nombre de prélèvement était cependant très faible.
  • Au cours de la semaine 1, 5 épisodes d'intoxication par le monoxyde carbone (suspectée ou avérée) ont été signalés en Lorraine.

Année de publication : 18/01/2016