Surveillance épidémiologique en région Lorraine. Point au 16 avril 2015.

Publié le 20 Avril 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

Faits marquants

  • L'épidémie de grippe de cette année, qui a débuté en Lorraine depuis la semaine 52 de 2014, touche bientôt à sa fin. Au niveau national, le nombre de cas est descendu en dessous du seuil épidémique depuis la semaine 13. Le virus grippal B est celui qui est le plus retrouvé en cette fin d'épidémie de grippe.
  • D'après les données du laboratoire de virologie du CHU de Nancy, les autres virus respiratoires circulants hors grippe (A ou B) sont à des nombres habituellement observés.
  • Depuis cinq semaines (semaine 11), un nombre élevé de cas de gastro-entérites aiguës a été enregistré dans les services d'urgence de Lorraine (280 cas en semaines 11 et 12, contre 130 en moyenne de la semaine 2 à la semaine 8). À partir de la semaine 14, une amorce de la diminution du nombre de cas a été observée. En semaine 15, cette pathologie représente plus de 2% de l'activité des services d'urgence dans la région, soit une part d'activité similaire à celle de la grippe au plus fort de l'épidémie. Des analyses plus approfondies ont mis en évidence que le département de la Moselle était le plus impacté et que la classe d'âge des moins de 5 ans était la plus touchée.
  • Le nombre d'hospitalisations pour gastro-entérite aiguë a parallèlement augmenté à partir de la semaine 10 (62 hospitalisations contre 20 à 30 les semaines antérieures) et semble se stabiliser dans des valeurs hautes (entre 60 et 80 hospitalisations hebdomadaires) durant les 5 dernières semaines (9 mars-12 avril).
  • Le nombre de cas de gastro-entérites diagnostiqués par l'association SOS Médecins 54 reste dans les fluctuations habituelles de cette période de l'année, même si ces diagnostics représentent un part importante de l'activité (environ 8% de leur activité totale).
  • Les données du laboratoire de virologie du CHU de Nancy semblent indiquer une recrudescence de la circulation des rotavirus depuis la semaine 11 avec une augmentation du nombre de prélèvements positifs et une prédominance de ce virus par rapport aux autres virus entériques.
  • D'après le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), le risque allergique est faible à moyen selon les départements de Lorraine. Les diagnostics d'allergie et d'asthme restent dans des valeurs hebdomadaires légèrement plus faibles sur cette période de l'année en comparaison aux données de 2014.
  • Durant la saison de chauffe 2014-2015, 66 épisodes d'intoxication au monoxyde de carbone ont été déclarés en Lorraine. Ce nombre est comparable à ce qui était enregistré les années précédentes pour la même période.

Année de publication : 20/04/2015