Contamination au plomb des enfants de salariés professionnellement exposés dans deux entreprises du Loiret (45) : évaluation des mesure de prévention et de contrôle

Publié le 1 Juin 2003
Mis à jour le 10 septembre 2019

En 1996, une étude menée auprès de 125 enfants de salariés professionnellement exposés au plomb dans deux usines du Loiret avait mis en évidence une contamination secondaire de ces enfants par l'intermédiaire de leurs parents. Les services de médecine du travail et les directions d'usines avaient alors renforcé les mesures préventives concernant le plomb, à la fois d'un point de vue collectif et individuel. La surveillance annuelle de la plombémie des enfants soumis à une exposition para-professionnelle avait été préconisée. En 2001, une évaluation de l'impact des mesures prises sur l'exposition au plomb des enfants des salairés a été réalisée à partir des données issues de cette surveillance. La population de l'étude était constituée par les enfants âgés de 6 mois à 6 ans dont au moins un parent travaillait dans une des deux usines depuis plus de 6 mois. A l'occasion de la visite médicale de prévention annuelle deux questionnaires ont été renseignés par les parents : un questionnaire pour chaque enfant concerné et un questionnaire pour chaque parent professionnellement exposé. Le résultat des plombémies a été obtenu auprès des médecins prescripteurs. Parmi les 99 enfants de l'étude, seuls 11 avaient déjà été dépistés, et parmi eux 2 avaient bénéficié d'une surveillance annuelle de la plombémie. Pour les enfants n'ayant pas eu de dépistage, le fait que cet examen n'ait pas été proposé par le médecin traitant était la raison évoquée par les parents dans 85% des cas. En 2001, les résultats de plombémie de 34 enfants ont été obtenus et la moyenne des plombémies était de 66,4 ug/l. La comparaison avec les résultats de l'étude précédente montre que la moyenne des plombémies des enfants ne diffère pas significativement entre 1996 et 2001. La proportion d'enfants ayant une plombémie supérieure à 100ug/l est comparable (19,2% - 20,6%). Le taux de participation limité et les variations dans l'exposition des travailleurs en raison d'un contexte socio-économique particulier ont rendu difficile l'identification des facteurs de risque asssociés à l'exposition para-professionnelle. Néanmois, il a été retrouvé un lien entre la plombémie des enfants et celle du parent professionnellement exposé. Ces résultats rendent nécessaire le renforcement des mesures de prévention individuellles et collectives visant à diminuer le risque de contamination des salariés afin de prévenir la contamination secondaire des enfants. La sensibilisation des parents et du corps médical sur l'importance du suivi sanitaires des enfants soumis à une exposition para-professionnelle doit être reconduite et s'accompagner d'une réflexion sur la prise en charge financière des dosages.

Auteur : Servas V, Riviere D, Ledrans M, Legrand D, Senemaud B, Maurin G, Monredon F, Precausta D, Albouy J
Année de publication : 2003
Pages : 62 p.