Bulletin de santé publique Pays de la Loire. Avril 2019.

Publié le 18 Avril 2019
Mis à jour le 3 juillet 2019

Points clés

Les couvertures vaccinales habituellement mesurées à l'âge 2 ans se stabilisaient en 2017 (naissances de 2015) dans les départements des Pays de la Loire, se situant dans la moyenne nationale. Pour pneumocoque et hépatite B, elles restaient légèrement inférieures à l'objectif cible d'au moins 95 % de couverture. Pour ROR, les couvertures étaient en deçà avec seulement 80 % en moyenne.

En 2018, l'obligation de la vaccination contre 11 maladies a eu ses premiers effets positifs, sur l'utilisation du vaccin hexavalent(comprenant hépatite B) chez les nourrissons soumis à cette obligation et, de manière indirecte, dans l'administration de la 1redose de vaccin ROR au cours de l'année 2018 (chez des nourrissons d'un an en âge d'être vaccinés par le ROR).

Concernant le méningocoque C, la couverture vaccinale dans la population cible (1-24 ans) est insuffisante, en particulier chez les adolescents et les jeunes adultes (< 33 %). Ces niveaux de couverture ne permettent pas l'immunité de groupe nécessaire pour stopper la circulation de la bactérie, et protéger indirectement les nourrissons de moins d'un an particulièrement vulnérables. → Ces défauts ont justifié l'ajout au calendrier vaccinal d'avril 2017 d'une dose transitoire de vaccin à l'âge de 5 mois. En 2018, 78 %des nourrissons en ont bénéficié, contribuant possiblement à la diminution d'incidence de la maladie observée.

Les couvertures vaccinales "papillomavirus humains" restent largement insuffisantes avec seulement trois adolescentes sur dix protégées à 16 ans. Ceci ne permet pas d'espérer à terme un impact significatif sur les lésions précancéreuses ou cancéreuses du col de l'utérus de l'adulte.

Un peu moins de la moitié de la population cible à risque a bénéficié du vaccin contre la grippe au cours du dernier hiver.