Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 23 mars 2017.

Publié le 24 Mars 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une

24 mars 2017 - Journée mondiale de lutte contre la tuberculose

La tuberculose touche, chaque année, plusieurs millions de personnes dans le monde. A l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, Santé publique France publie un numéro spécial du bulletin épidémiologique hebdomadaire et de nouvelles données de déclaration.

Chiffres clés 2015, France

  • La décroissance régulière observée depuis plusieurs années s'est poursuivie en 2015 (4 741 cas, soit 7,1 cas pour 100 000 habitants, comparés à 4 827 cas et 7,3 pour 100 000 en 2014).
  • Les taux de déclaration de la maladie restent plus élevés en Guyane (18,3 pour 100 000), en Ile-de-France (14,5 pour 100 000) et à Mayotte (25,9 pour 100 000), comme les années précédentes.
  • Une persistance des disparités tant populationnelles que territoriales est observée par des taux de déclaration particulièrement élevés chez les personnes sans domicile fixe (167 cas pour 100 000 ) et celles nées à l'étranger (35 cas pour 100 000).
  • Les dernières données de couverture vaccinale BCG montrent des niveaux élevés et stables en Ile-de-France et en Guyane (environ 80 % à l'âge de 9 mois) mais nettement insuffisants en France métropolitaine hors Ile-de-France (< 50 % chez les enfants à risque de tuberculose suivis en médecine libérale). Cette baisse de couverture vaccinale observée à partir de 2006 n'a pas eu à ce jour d'impact sur l'épidémiologie de la tuberculose de l'enfant au-delà de ce qui était attendu. Le nombre de cas de tuberculose chez les enfants de moins de 10 ans est en effet stable et le nombre de cas sévères dans ce groupe d'âge ne dépasse pas le nombre attendu par les prévisions effectuées au moment du changement de politique vaccinale BCG.

En région Bourgogne-Franche-Comté, le nombre de cas a baissé passant de 154 cas en 2014 à 137 en 2015 avec une incidence régionale à 4,9 pour 100 000, en dessous de l'incidence nationale. Au niveau départemental, ces chiffres varient avec au minimum 5 cas et 1,9 pour 100 000 d'incidence pour le Jura à au maximum 39 cas et 7,3 pour 100 000 pour le Doubs, seul des huit départements de la région à dépasser légèrement l'incidence nationale cette année.

Année de publication : 24/03/2017