Surveillance sanitaire de la tuberculose en région Centre. Bilan des cas déclarés en 2013.

Publié le 13 Février 2015
Mis à jour le 20 juin 2019

En France, et dans notre région Centre-Val de Loire, la tuberculose touche principalement les communautés pauvres et vulnérables, notamment les communautés émigrées originaires de pays d'endémie. Bien que le nombre de cas annuel poursuive une baisse régulière en France, la tuberculose demeure la maladie à déclaration obligatoire la plus élevée en fréquence avec 4 934 cas déclarés en 2013 en France, dont 179 en région Centre-Val de Loire.La Cire Centre vous propose la lecture d'un point épidémiologique (PE) sur la tuberculose. Ce PE présente le bilan de la surveillance en région Centre-Val de Loire pour les cas déclarés en 2013. Une augmentation du taux de déclaration de 18% est observée entre 2012 et 2013, contrastant avec la baisse régulière observée les années précédentes. Cependant, le taux de déclaration de tuberculose en région Centre-Val de Loire en 2013, bien que supérieur à la médiane nationale ne remet pas en cause la tendance globale à la baisse depuis plus de 10 ans en région Centre. Les disparités entre départements sont toujours observées en ce qui concerne les caractéristiques socio-démographiques des cas. L'Indre présente un taux de déclaration plus bas que les autres départements de la région, dont les taux de déclaration sont proches avec le Cher présentant le taux le plus élevé. Comme l'année précédente, au moins la moitié des cas déclarés étant nés à l'étranger vivaient en Indre-et-Loire et dans le Loiret. Ces disparités sont à prendre en compte dans les stratégies de santé publique de notre région.En 2013, les cas pédiatriques représentaient 8% des cas en région Centre et sont en hausse par rapport aux précédentes années. L'augmentation des formes sévères chez les enfants, observée dès 2012 au niveau national touche la région Centre-Val de Loire. La vigilance pour les cas pédiatriques doit être maintenue dans la région.La tuberculose demeure un problème de santé publique dans notre région avec la nécessité de continuer à s'assurer de la bonne prise en compte des recommandations vaccinales du Haut Conseil de Santé publique (HCSP), de maintenir la vigilance pour le dépistage des cas et leur prise en charge thérapeutique, et de poursuivre la mise en oeuvre des enquêtes et stratégie de dépistage systématique autour d'un cas selon des recommandations du HCSP.

Année de publication : 13/02/2015