Prise en charge interdisciplinaire d'un syndrome collectif inexpliqué parmi le personnel d'une école de Bretagne, octobre 2010-juin 2011. Mise en oeuvre de la démarche d'un nouveau guide technique

Publié le 11 December 2012
Mis à jour le 9 septembre 2019

Début octobre 2010, les autorités de santé ont été saisies pour " apporter une réponse aux difficultés sanitaires " affectant les enseignants d'une école de Bretagne : fatigue, migraine, irritations ORL aboutissant à des arrêts de travail. Ces symptômes persistaient épisodiquement depuis septembre 2009, avant de s'étendre à la majorité du personnel, entraînant une évacuation des locaux. Toutes les parties prenantes ont été réunies en cellule de coordination interdisciplinaire pour partager les informations disponibles, coordonner les investigations utiles examens médicaux, entretiens individuels avec une psychosociologue, enquête épidémiologique descriptive, expertise environnementale et proposer les mesures de gestion adaptées. Des analyses de l'air ont révélé un confinement des locaux conduisant à des teneurs en CO2 élevées dans les salles de classe. Les autres polluants recherchés présentaient des concentrations usuelles. L'enquête psychosociale a mis en évidence que la conjonction de plusieurs évènements graves dans l'établissement avait généré une forte anxiété, s'ajoutant à des difficultés de communication entre la direction et les personnels et la perception, par ces derniers, d'une non-prise en compte de leurs plaintes. Cette situation avait convaincu les personnels que la fréquentation des locaux faisait courir un risque pour leur santé. L'enquête épidémiologique a conclu à l'absence de danger, l'essentiel des symptômes s'expliquant par le confinement. La résolution de la crise est passée par une intervention technique sur le bâtiment et par l'amélioration de la communication. (R.A.)

Auteur : Demillac R, Kermarec F, Esvan M, Marchand D
Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2012, n°. 48, p. 552-5