Incidence des cancers de l'enfant en Bretagne entre 1991 et 2005

Publié le 1 Juin 2012
Mis à jour le 5 juillet 2019

Position du problème. L'objectif de cette étude était de décrire l'incidence des cancers de l'enfant en Bretagne entre 1991 et 2005 ainsi que ses variations temporelles et géographiques. Méthode. L'incidence des cancers de l'enfant a été analysée à partir des données collectées par le registre breton des cancers de l'enfant. Les taux d'incidence bruts, standardisées sur l'âge de la population mondiale et cumulées, ont été estimés pour l'ensemble des cancers et par groupe diagnostique au niveau de la Bretagne. Les taux standardisés ont aussi été estimés dans les quatre départements bretons. Des régressions de Poisson ont été réalisées pour estimer les tendances sur les taux annuels d'incidence, pour comparer les taux de la période 2000 2005 à ceux de la période 1991 1999 et pour comparer les incidences entre les départements. Résultats. Entre 1991 et 2005, 1176 cas de cancers chez les enfants de moins de 15 ans et résidant en Bretagne ont été collectés par le registre. L'incidence standardisée sur l'âge pour l'ensemble des cancers était égale à 169,5 cas par million d'enfants par an. Les cancers les plus fréquents étaient les leucémies (30 %), les tumeurs du système nerveux central (24 %), les lymphomes (12 %) et les neuroblastomes (8 %). En Bretagne, sur la période 1991 2005, un enfant sur 459 a eu un cancer diagnostiqué avant l'âge de 15 ans. Aucune tendance significative à l'augmentation n'a été observée sur l'ensemble de la période 1991 2005. Entre les périodes 1991 1999 et 2000 2005, des augmentations d'incidence significatives ou à la limite de la signification ont été observées pour les lymphomes (RR : 1,38 [IC95 % : 1,00 1,93]) et les tumeurs du système nerveux central (RR : 1,24 [IC95 % : 0,99 1,56]). Une diminution significative de l'incidence des tumeurs rénales a été observée (pourcentage de variation annuelle = -7,6 %, p = 0,02) sur l'ensemble de la période 1991 2005. Aucune différence significative d'incidence n'a été observée entre les quatre départements. Conclusion. L'incidence des cancers de l'enfant en Bretagne est légèrement supérieure à l'incidence nationale. Bien que l'augmentation observée pour les lymphomes et les tumeurs du système nerveux central coïncide avec un recours de plus en plus important au programme de médicalisation des systèmes d'information, nous n'avons pas d'arguments en faveur d'une augmentation d'incidence qui serait due à un meilleur recensement des cas.

Auteur : Gagniere B, Tron I, Guillois Becel Y, Gourvellec G, Le Gall E, Gandemer V
Revue d'épidémiologie et de santé publique, 2012, vol. 60, n°. 3, p. 213-20