Epidémie de gastro-entérites à Cryptosporidium. Dracy-le-Fort, Saône et Loire (71), Septembre 2001

Publié le 1 Juin 2003
Mis à jour le 5 juillet 2019

Le 20 septembre 2001, la DDASS de Saône et Loire est alertée par un appel de SOS médecin de Chalon sur Saône pour une suspicion de toxi-infection alimentaire dans un hôtel de la commune de Dracy le Fort. L'investigation réalisée le jour même a révélé l'existence, depuis plusieurs jours, de nombreux autres cas de gastro-entérite hors de l'établissement et de plaintes sur la mauvaise qualité de l'eau. L'hypothèse d'une contamination du réseau d'eau potable est alors privilégiée. Des prélèvements d'eau sont réalisés, des mesures de restriction d'usage de l'eau à des fins alimentaires diffusées dès le 20 après-midi auprès de la population et un renforcement de la chloration du réseau décidé. Le 22 septembre, les résultats de ces prélèvements confirmeront une contamination microbiologique importante. Une investigation épidémiologique a été menée par la CIRE Centre Est en collaboration avec la DDASS et l'InVS. Elle a comporté : - Une enquête sur l'activité de consultation (total et pour gastro-entérites) des médecins généralistes installés dans les communes desservies par la même unité de distribution afin de confirmer l'épidémie et d'en préciser l'étendue géographique -Une enquête de cohorte rétrospective auprès d'un groupe de stagiaires de l'hôtel afin d'infirmer ou de confirmer une toxi-infection alimentaire collective - Une enquête de cohorte rétrospective auprès de la population générale de Dracy le Fort afin de déterminer le rôle de l'eau du robinet comme source de contamination. Une enquête environnementale et des examens microbiologiques des selles et de l'eau du réseau d'adduction ont par ailleurs été réalisés. Les résultats de cette étude ont permis de confirmer la survenue d'une épidémie de gastro-entérites aiguës à Cryptosporidium de génotype humain et à germes polymorphes secondaire à la consommation d'eau du réseau d'adduction avec un taux d'attaque très élevé. L'hypothèse de la contamination du réseau suite à un dysfonctionnement d'une valve avec reflux des eaux usées vers le système d'adduction est la plus probable. (R.A.)

Auteur : Di Palma M, Carbonel S, Beaudeau P, Checlair E, Gallay A
Année de publication : 2003
Pages : 72 p.