Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 8 juin 2017.

Publié le 9 Juin 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une

Surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du virus Zika en France métropolitaine du 1er mai au 30 novembre

En France métropolitaine, la surveillance habituelle au cours de l'année du chikungunya, de la dengue et de l'infection à virus Zika repose sur la déclaration obligatoire (DO) des cas biologiquement confirmés.Le moustique Aedes albopictus (" moustique tigre "), vecteur potentiel du chikungunya, de la dengue et de l'infection à virus Zika est implanté dans 33 départements métropolitains dont la Saône-et-Loire depuis 2015. Dans ces départements, l'activité hématophage du moustique femelle, prépondérante de mai à novembre, rend possible une transmission autochtone à partir de personnes infectées au préalable lors de séjours dans des zones de circulation de ces maladies.Pour réduire au maximum le risque de transmission sur le territoire métropolitain, un dispositif de signalement accéléré des cas suspects importés est activé entre le 1er mai et le 30 novembre de chaque année. Les médecins cliniciens et les laboratoires de biologie médicale des 33 départements métropolitains concernés cette saison, dont la Saône-et-Loire, doivent signaler dès leur suspicion tout cas éventuel d'une de ces 3 maladies à l'aide d'une fiche de signalement. Le signalement immédiat, sans attendre la confirmation biologique, permet d'enclencher des mesures de prévention ou de lutte anti-vectorielle autour des cas.Pour la Saône-et-Loire, seul département de notre région concerné à ce jour par le dispositif de signalement accéléré, la fiche de signalement doit être envoyée par mail à ars-bfc-alerte@ars.sante.fr ou par fax au 03 81 65 58 65.Pour le reste de la région Bourgogne-Franche-Comté, les diagnostics biologiquement confirmés de chikungunya, de dengue et de l'infection à virus Zika sont à déclaration obligatoire (DO) à envoyer par mail à ars-bfc-alerte@ars.sante.fr ou par fax au 03 81 65 58 65.

Retour sur l'année 2016L'année 2016 a été marquée par l'intégration de l'infection à virus Zika dans la surveillance suite aux épidémies ayant sévit dans les différents pays et territoires d'Amérique du sud et centrale (dont la Guyane) et dans les îles des Caraïbes (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy).En France métropolitaine, du 1er mai au 30 novembre 2016, cette surveillance a permis d'identifier 1 311 cas suspects dont 648 cas confirmés (49 %). Parmi les cas importés confirmés, ont été identifiés : 167 cas de dengue, 18 de chikungunya, 450 d'infections à virus Zika, 1 co-infection dengue/Zika et 9 flavivirus (résultats sérologiques ne permettant pas de distinguer la dengue et le Zika). Trois cas autochtones d'infection à virus Zika, tous par transmission sexuelle, ont été identifiés. Aucune transmission vectorielle n'a été identifiée en métropole en 2016.En Saône-et-Loire 1 cas de dengue et 4 cas d'infection à virus Zika, tous importés, ont été confirmés biologiquement en 2016 alors qu'aucun cas confirmé n'avait été relevé en 2015.

Année de publication : 09/06/2017