Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 13 janvier 2017.

Publié le 16 Janvier 2017
Mis à jour le 20 juin 2019

A la Une

Le point sur la situation épidémiologique de la grippe

Le point a été fait lors d'une conférence de presse organisée par la ministre de la Santé sur l'épidémie de grippe 2016-2017. Cette épidémie a commencé lors de la semaine 49 de l'année 2016 en Bretagne et en Ile de France. Elle a atteint la Bourgogne-Franche-Comté la semaine suivante (S50) avant de couvrir tout le territoire métropolitain continental la semaine 51 et la Corse semaine 52. L'épidémie a donc été assez précoce cette année avec un nombre de cas de grippes important autour du changement d'année 2016-2017 qui s'est ajouté au pic de bronchiolites et de gastro-entérites observés très régulièrement tous les ans à cette période. Cela a conduit à une forte activité pour les professionnels de santé.L'examen du pourcentage de grippe dans l'activité de services d'urgence et de SOS Médecins montre une légère baisse de l'activité lors de la première semaine de janvier. Comme par ailleurs la durée de l'épidémie H3N2 avait été courte en 2014-2015 cela pourrait suggérer que le pic de l'épidémie a été atteint. En revanche cette baisse peut aussi s'expliquer par deux facteurs. D'une part la patientèle des médecins généralistes en vacances se reporte sur les urgences et SOS Médecins augmentant leur activité. D'autre part les vacances scolaires tendent à faire baisser le nombre de cas pendant les vacances et la semaine d'après, les écoles étant un lieu de propagation important. Ce phénomène avait conduit à une baisse avant le pic final lors de l'épidémie 2015-2016 Il est donc difficile de savoir si le point épidémiologique a été atteint ou pas. En tout état de cause s'il n'est pas dépassé, le pic devrait être proche.Le virus dominant est le virus A(H3N2) qui touche plus particulièrement les personnes âgées, avec pour conséquences davantage d'hospitalisations, d'admissions en réanimation et de décès pour grippe, et d'épidémies d'infections respiratoires aiguës dans les établissements pour personnes âgées. Ces phénomènes avaient été observés lors de l'hiver 2014-2015. On pouvait donc s'attendre à l'observer à nouveau cet hiver. Les pourcentages d'hospitalisations observés après passage aux urgences sont effectivement importants, celui des admissions en réanimation aussi, celui du nombre d'épidémies d'infections respiratoires aiguës dans les établissements pour personnes âgées également. Pour les décès, l'augmentation des décès à partir de l'automne se produit tous les ans et il y a toujours un décalage entre les décès et leur signalement à l'Insee. On peut cependant s'attendre à l'observer.

Année de publication : 16/01/2017