Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 7 avril 2016.

Publié le 8 Avril 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Bilan intermédiaire de l'épidémie de grippeLe pic de l'épidémie de grippe est enfin franchi en métropole. Le bilan précoce est en faveur d'une épidémie d'ampleur et de gravité modérées, dominée par un virus de type B ayant touché davantage les enfants de moins de 15 ans, et sans excès de mortalité observé à ce jour.Pour la première fois cette année, le bulletin national de l'InVS a présenté chaque semaine des niveaux d'alerte de toutes les régions, à partir de l'analyse de 3 sources de données : Sentinelles, SOS Médecins et le réseau de services d'urgences Oscour®. En France métropolitaine, l'épidémie s'est installée en Bretagne puis s'est répandue en moins de deux semaines à l'ensemble du territoire. Actuellement, l'activité grippale diminue dans toutes les régions. La situation de la Bourgogne-Franche-Comté est commentée en page 3 de ce point épidémiologique.Que ce soit au travers des données du réseau Sentinelles ou de SOS Médecins, la proportion des enfants de moins de 15 ans parmi les consultations pour syndrome grippal est la plus élevée observée depuis la pandémie (respectivement 41 % et 39 % des consultations). Le fort impact de l'épidémie chez les enfants est retrouvé dans l'activité libérale comme hospitalière, sauf dans le nombre d'admissions en réanimation. En réanimation, les enfants de moins de 15 ans ont davantage été infectés par le virus B (71 % des enfants infectés par les virus B vs 36 % des adultes).En termes de prévention, la couverture vaccinale (estimée provisoirement à 47 %) reste faible, encore loin de l'objectif de 75 % fixé par l'OMS. Mais la diminution de remboursements observée chaque année depuis 2009 ne semble pas s'être confirmée cet hiver. Pour les deux souches virales circulantes majoritaires, tous les virus grippaux caractérisés A(H1N1)pm09 sont antigéniquement analogues aux souches vaccinales, alors que le virus B/Victoria n'est pas inclus dans la composition du vaccin. La possible réduction d'efficacité du vaccin liée aux virus B s'est peu ressentie car les personnes âgées qui représentent la majorité des populations à risque ciblée par la vaccination ont été peu affectées cet hiver.L'épidémie de grippe n'est pas pour autant terminée et les conseils de prévention par les gestes barrières (lavage fréquent des mains, utilisation de mouchoirs à usage unique, éviter les contacts entre personnes symptomatiques et personnes à risque) ou l'utilisation des antiviraux par les personnes à risque restent de mise.

Année de publication : 08/04/2016