Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 21 juillet 2016.

Publié le 22 Juillet 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Modes de contamination de la borréliose de LymeLe Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a publié un avis sur les modes de contamination de la borréliose de Lyme après consultation des données scientifiques disponibles.Pour la voie materno-foetale et lors de l'accouchement, la possibilité d'une transmission transplacentaire de Borrelia burgdorferi a été évoquée sur des publications anciennes de cas cliniques. Le lien avec une évolution péjorative de la grossesse ou avec la survenue de malformation congénitale particulière n'a pas été démontré de façon formelle. Aucun cas de transmission par le lait maternel n'a été à ce jour publié.Pour la transmission par voie sexuelle, un seul article publié en 2015 rapporte l'isolement en culture de Borrelia dans les sécrétions génitales humaines avec confirmation par PCR. Cela ne signifie pas pour autant un risque de transmission et il n'y a pas d'autre documentation clinique. Aucune transmission sexuelle n'a, à ce jour, été démontrée chez l'homme. Les preuves d'une transmission sexuelle de Borrelia ont été recherchées également chez le rat, sans succès.Pour être transmise via les produits sanguins labiles, la Borrelia doit être prélevée lors du don de sang chez un donneur en phase de bactériémie, être viable plusieurs jours dans les produits sanguins déleucocytés et conservés à des températures contrôlées, puis être capable de se multiplier chez le receveur. Une publication atteste la transmission de Borrelia miyamotoi chez la souris de laboratoire via une transfusion sanguine. Une autre publication a démontré la possibilité de transmission par le sang dans un modèle murin. Chez l'homme aucun cas de transmission par transfusion n'a été rapporté et ce malgré deux études de suivi de receveurs ayant reçu du sang de donneurs avec sérologie positive pour le Lyme.En conclusion, il n'y a pas de cas de transmission signalé lors de greffes d'organes, de tissus et de cellules. La transmission par le lait maternel, par voie sexuelle ou via les produits sanguins et les greffes est à ce jour non documentée chez l'homme. Seule l'infection par voie materno-foetale a pu être suspectée dans une dizaine de cas en trente ans.Le HCSP recommande ainsi que :- Chez les femmes enceintes avec un diagnostic de Borréliose de Lyme, un traitement antibiotique soit prescrit pendant 14 à 21 jours , la prescription d'une antibioprophylaxie après piqûres de tiques multiples chez les femmes enceintes en zone de forte endémie ,- Des études complémentaires sur la transmission materno-foetale ainsi que sur les autres modes de transmission, en particulier sexuelle, soient encouragées.

Année de publication : 22/07/2016