Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 2 juin 2016.

Publié le 10 Juin 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

La surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du zika en France métropolitaineComme chaque année, la surveillance renforcée des arboviroses en métropole a débuté le 1er mai et sera continue jusqu'au 30 novembre. Cette année, en plus de la surveillance du chikungunya et de la dengue, le dispositif inclut le zika suite à l'épidémie démarrée au Brésil en 2015 et qui sévit actuellement dans différents pays et territoires d'Amérique du sud et centrale (dont la Guyane) et dans les îles des Caraïbes (Martinique, Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy)1.En France métropolitaine, le vecteur potentiel de ces trois virus est le moustique Aedes albopictus (" moustique tigre "). En 2016, ce moustique est implanté dans 30 départements métropolitains dont la Saône-et-Loire depuis 2015 (figure 1 p 2). Dans ces départements, la présence du vecteur expose la population au risque de transmission autochtone de ces arboviroses du fait de l'introduction régulière des virus par des sujets infectés de retour de séjours dans des zones de circulation de ces maladies.Le signalement immédiat, sans attendre la confirmation biologique, des cas suspects humains de chikungunya, de dengue et de zika est ainsi essentiel dans les départements de métropole où le vecteur est implanté, durant sa période d'activité, afin d'enclencher si nécessaire des mesures de prévention ou de luttes anti-vectorielles autour des cas.En région Bourgogne-Franche-Comté, il a donc été demandé à tous les médecins cliniciens et les laboratoires hospitaliers et libéraux de Saône-et-Loire de signaler sans délai à l'Agence régionale de santé, à l'aide de la fiche de signalement, tout cas suspect importé de chikungunya, de dengue ou de zika (mail : ars-bfc-alerte@ars.sante.fr, fax : 03 80 41 99 50).Le diagnostic de ces trois arboviroses nécessite une confirmation biologique qui devra comporter la recherche systématique de ces trois pathologies simultanément (chikungunya, dengue ET zika).La première double page mensuelle de cette saison consacrée à cette surveillance est disponible en page 2 du Point épidémiologique de cette semaine.

Année de publication : 10/06/2016