Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 19 mai 2016.

Publié le 27 Mai 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Le risque épidémique à virus Zika en Europe vu par l'OMSL'infection à virus Zika est très souvent asymptomatique mais elle peut se caractériser par une éruption cutanée (exanthème maculo-papuleuse) avec ou sans fièvre accompagnée de fatigue, douleurs musculaires et articulaires, conjonctivite, maux de tête et douleurs rétro-orbitaires. Il est difficile, sur ces seuls symptômes, de faire un diagnostic sans recourir à une analyse biologique (sang ou urine).La transmission du virus est très majoritairement réalisée par des moustiques de type Aedes. Lors d'une piqûre, le moustique se contamine en prélevant le virus dans le sang d'une personne infectée. Le virus se multiplie ensuite dans le moustique qui pourra, à l'occasion d'une autre piqûre, transmettre le virus à une nouvelle personne. Le virus peut aussi se transmettre lors de rapports sexuels ainsi que de la mère à l'enfant, si la mère est contaminée pendant sa grossesseL'OMS a évalué le risque de flambée épidémique dans les États membres de la Région Europe en fonction de la probabilité d'une propagation du virus et des capacités nationales existantes pour prévenir ou maîtriser rapidement une transmission locale.La probabilité d'une transmission locale de la maladie à virus Zika est ainsi estimée :- élevée dans l'île de Madère et sur la côte nord-est de la Mer noire où est présent le moustique Aedes aegypti, principal vecteur de cette maladie ,- modérée dans 18 pays (dont la France), en raison de la présence de l'espèce Aedes albopictus, un vecteur secondaire de la maladie à virus Zika (Pour mémoire, A. albopictus est désormais implanté dans 30 départements français dont la Saône-et-Loire) ,- faible, très faible ou nulle dans 36 pays, en raison de l'absence de moustiques du genre Aedes et/ou de conditions climatiques favorables à leur installation.Pour les pays où la probabilité d'une transmission locale de la maladie à virus Zika est élevée ou modérée, l'OMS préconise de renforcer les activités de lutte antivectorielle, de permettre de détecter rapidement une transmission locale, d'améliorer les capacités de dépistage du virus, de permettre aux personnes exposées à un risque, en particulier aux femmes enceintes, de se protéger d'une infection, d'atténuer les effets de la maladie et de limiter ses complications.

Année de publication : 27/05/2016