Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 16 juin 2016.

Publié le 22 Juin 2016
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Le Plan National Canicule 2016Le Plan National Canicule (PNC) est reconduit du 1er juin au 31 août 2016. Les objectifs sont d'anticiper une vague de chaleur, de protéger les populations des effets sanitaires d'une canicule par la mise en place de mesures de gestion adaptées, d'informer et communiquer pour sensibiliser et protéger les populations, de capitaliser les expériences après chaque été. Les recommandations sanitaires à destination des professionnels de santé et du grand public avaient été actualisées par le Haut Conseil de Santé Publique en mai 2014.Le PNC est fondé sur la surveillance des prévisions de températures fournies par Météo-France (MF) et synthétisée chaque semaine dans le chapitre " surveillance environnementale " du point épidémiologique.Pour anticiper une vague de chaleur, MF fournit chaque jour à 12h les prévisions météorologiques et à 16h une carte de vigilance indiquant les niveaux d'alerte départementaux proposés aux préfets pour le lendemain. Le PNC se structure en quatre niveaux de gestion :- niveau 1 - veille saisonnière : activé du 1er juin au 31 août (vigilance verte pour le paramètre " canicule " de la carte de vigilance)- niveau 2 - avertissement chaleur : préparation à une montée en charge des mesures de gestion (vigilance jaune " canicule " de la carte)- niveau 3 - alerte canicule : déclenché par les préfets de départements, en lien avec les ARS, (vigilance orange " canicule " de la carte)- niveau 4 - mobilisation maximale : déclenché par le premier ministre (vigilance rouge " canicule " de la carte).En cas de déclenchement d'une vague de chaleur (niveau 3 ou 4 du PNC), la surveillance quotidienne d'indicateurs sanitaires (chapitre " surveillance non spécifique") permet d'apprécier l'impact éventuel pour que les services concernés (santé, gestion, communication, etc.) puissent ajuster les mesures de gestion.Le choix des indicateurs sanitaires s'appuie sur une revue de la littérature1 : nombre de passages aux urgences (tous âges, 75 ans et plus), nombre de passages aux urgences pour pathologies en lien avec la chaleur (hyperthermies, déshydratations et hyponatrémies), nombre d'actes SOS Médecins, nombre d'actes SOS Médecins pour pathologies en lien avec la chaleur (hyperthermies et déshydratations) et nombre de décès. Au vu du délai de déclaration des décès, Santé Publique France ne peut évaluer l'impact d'une vague de chaleur sur la mortalité qu'après 2 à 3 semaines.

Année de publication : 22/06/2016