Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 9 avril 2015.

Publié le 13 Avril 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Surveillance de l'infection à VIH et du SIDA, 2013Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 24 mars dernier présente les données de surveillance de l'infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et du sida en France en 2013, ainsi que leur évolution depuis 2003.En 2013, entre 5 800 et 6 700 personnes ont découvert leur séropositivité VIH, dont 43 % d'hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), 37 % d'hétérosexuels nés à l'étranger, 18 % d'hétérosexuels nés en France et 1 % d'usagers de drogues. Parmi ces découvertes de séropositivité, 39 % étaient précoces (≥ 500 CD4/mm3 ou primo-infection) et 25 % étaient tardives (< 200 CD4/mm3 ou stade sida).Le nombre de diagnostics précoces a augmenté depuis 2011 et le nombre de diagnostics tardifs a diminué depuis 2010, sauf chez les HSH où il est stable. Les disparités régionales observées depuis 2003 ont persisté en 2013 : le nombre de découvertes de séropositivité rapporté à la population était supérieur à la moyenne nationale (95 par million d'habitants) dans les départements français d'Amérique et en Île-de-France, et inférieur à la moyenne en Bourgogne et en Franche-Comté.Le nombre de nouveaux cas de sida diagnostiqués diminue progressivement d'environ 100 cas par an depuis 1997 : en 2013, entre 1 100 et 1 300 cas ont été diagnostiqués, dont 85 % chez des personnes n'ayant pas bénéficié auparavant d'un traitement antirétroviral.Les efforts en matière de dépistage ont produit des résultats tangibles depuis 2012, avec davantage de diagnostics précoces. Malgré ces données encourageantes, les diagnostics tardifs concernent encore un HSH sur 6 et un hétérosexuel sur 3, soulignant la nécessité de poursuivre les efforts. Par ailleurs, le nombre croissant de diagnostics chez les HSH de moins de 25 ans incite à cibler cette population dans les campagnes de prévention.

Année de publication : 13/04/2015