Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 26 mars 2015.

Publié le 30 Mars 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

L'épidémiologie de la tuberculose en France en 2013La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose a lieu chaque année le 24 mars, marquant la découverte par Robert Koch en 1882 du bacille à l'origine de la maladie. En 2013, au niveau mondial, le nombre de nouveaux cas est estimé à 9 millions par l'Organisation mondiale de la santé. Une grande majorité de ces cas se trouve en Asie, mais c'est en Afrique subsaharienne que l'incidence de la tuberculose est la plus élevée, dépassant dans certains pays 300 pour 105 habitants.En France, comme dans les autres pays d'Europe de l'Ouest, la morbidité et la mortalité dues à la tuberculose ont considérablement baissé et leurs taux sont aujourd'hui considérés comme faibles. En 2013, le nombre de cas de tuberculose maladie déclarés était de 4 934, dont 3 579 cas avec une localisation pulmonaire, soit un taux de 7,5 cas pour 105 habitants et de 5,4 pour 105 habitants pour les formes pulmonaires. Comparé à 2012, le nombre total de cas a diminué de 0,8 %.Dans nos régions, le nombre de cas déclarés a diminué, passant de 103 à 100 cas pour la Bourgogne et de 62 à 50 cas pour la Franche-Comté, avec des taux respectivement de 6,1 et 4,2 pour 105 habitants.Comme les années précédentes, les taux de déclaration de la maladie restent plus élevés en Île-de-France (14,7/105), en Guyane (18,1/105), à Mayotte (13,8/105) et dans certains groupes de population comme les personnes sans domicile fixe et celles nées à l'étranger. Les personnes vivant en collectivité représentaient 14 % des cas avec une information renseignée. Le taux de déclaration était 10 fois supérieur chez les personnes nées à l'étranger par rapport à celles nées en France, avec les taux les plus élevés chez les personnes nées en Afrique subsaharienne et en Asie.La persistance de disparités territoriales et populationnelles incitent à une grande vigilance en matière de lutte antituberculeuse. Le système de déclaration obligatoire (DO) reste un outil majeur pour maîtriser la tuberculose en France car il permet l'identification rapide et la prise en charge précoce et adéquate, visant à guérir le patient et à limiter la transmission du bacille dans la communauté ainsi que le développement de la résistance aux antituberculeux.

Année de publication : 30/03/2015