Surveillance sanitaire en région Bourgogne et Franche-Comté. Point au 2 avril 2015.

Publié le 7 Avril 2015
Mis à jour le 12 mai 2019

A la Une

Le calendrier des vaccinations 2015 est publiéLe calendrier vaccinal fixe les vaccinations applicables aux personnes résidant en France en fonction de leur âge, émet les recommandations vaccinales générales et des recommandations vaccinales particulières propres à des conditions spéciales (risques accrus de complications, d'exposition ou de transmission) ou à des expositions professionnelles.Le calendrier 2015 ne comporte pas de nouvelle recommandation en population générale, mais seulement des modifications mineures par rapport à l'an dernier. 

Recommandations générales :

  • Infections à papillomavirus humains des jeunes filles âgées de 11 à 14 ans : le nombre de dose est réduit de trois à deux doses.

Recommandations dans des situations spécifiques :

  • Infections invasives à méningocoque de sérogroupe B : la vaccination n'est pas recommandée dans le cadre d'une stratégie généralisée de prévention mais fait l'objet de recommandations particulières ,
  • Oreillons : la vaccination en situation de cas groupés d'oreillons en collectivité est précisée,
  • Infections invasives à pneumocoque : la vaccination des personnes présentant des facteurs de risques est actualisée ,
  • Coqueluche : pour protéger les nourrissons qui ne peuvent pas encore être vaccinés, la stratégie du cocooning est renforcée pour les adultes en contact avec des nourrissons âgés de moins de 6 mois et pour les professionnels de santé et de la petite enfance ,
  • Hépatite B : un nouveau schéma vaccinal accéléré peut être proposé dans certaines conditions de recherche d'immunisation ,
  • Rougeole : les conditions de vaccination des enfants âgés de 6 a 11 mois exposés à un cas de rougeole sont précisées ,
  • Tétanos : les recommandations de prise en charge des plaies en fonction du type de blessure sont actualisées.

Par ailleurs, le calendrier insère des recommandations vaccinales spécifiques pour les personnes immunodéprimées ou aspléniques, leur entourage proche et les professionnels de santé à leur contact.

Année de publication : 07/04/2015